Aller voir la mort et revenir vivant

 

Photographie de Julien Lambert

par Pauline Picot

Cold Blood
Collectif Kiss & Cry
Du 8 au 17 février 2017
Théâtre des Célestins, Lyon

« Il fait noir. Vous entendez une voix. Cette voix va compter jusqu’à trois, et à trois vous dormirez. Un – deux – trois. Vous allez vivre sept morts, sans peur et sans crainte. Et puis après vous reviendrez, sain et sauf de là d’où aucun voyageur ne revient. » Ce sont les premiers mots que l’on entend. On glisse doucement et aisément, par ce procédé imité de l’induction hypnotique, dans la proposition théâtrale qui nous est faite. Cold Blood est la dernière création du collectif Kiss & Cry mise en scène par Michèle Anne De Mey et Jaco Van Dormael. À Lyon, on avait découvert leur extraordinaire travail de nanodanse avec leur spectacle Kiss & Cry (Théâtre des Célestins, 2014). La nanodanse ? Ce sont des chorégraphies exécutées par des mains dans des décors miniatures ; chorégraphies filmées et retransmises en direct. Une technique ultra-ciselée au service d’images saisissantes et d’émotions raffinées. Pourquoi Cold Blood ? Parce que le spectacle évoque du bout des doigts un sujet pourtant lourd comme la pierre : la mort. Pourquoi le choix du protocole hypnotique pour ouvrir et clore l’expérience du spectateur ? Parce que ce spectacle, qui nous promène par la voix continue de son narrateur sur le chemin de sept morts héroïques, sensuelles ou simplement idiotes, s’offre comme un voyage léger, apaisé, de l’autre côté du miroir. Voyage inoffensif, puisqu’il y aura retour. Si le spectacle est explicitement présenté comme une séance d’hypnose – au cours de laquelle chacun est amené à traverser des émotions diverses pour, au « réveil », se situer quant à la notion de finitude – c’est que l’hypnose, comme le théâtre, permet d’explorer sans dommage des zones sombres, enfouies, pour les mettre en lumière, les extirper de soi et les regarder en face. À la fin de cet éblouissant voyage immobile, le corps est remué – mais l’esprit est calme. On se sent heureux d’être encore là, tout simplement là. « Il fait noir. Vous entendez une voix. Cette voix va compter jusqu’à trois. Et à trois, vous vous réveillerez. Un – deux – trois. Vous êtes vivant. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.