De ce spectacle qui s’achève / Gardez ce qu’on garde d’un rêve

Photographie de Nicolas Boudier

par Pauline Picot

Artefact
Installation spectacle de Joris Mathieu
En Compagnie de Haut et Court
Du 4 au 13 avril 2017
TNG – CDN Lyon

À la recherche du paradigme immersif dans les expériences spectaculaires actuelles – et familiers du travail de Joris Mathieu – nous savons, en allant voir une de ses créations, que nous ne toucherons pas l’hypnose proprement dite, mais que nous l’effleurerons certainement. Ne serait-ce que grâce à la note d’intention préalable à l’expérience, qui évoque un « trouble de la perception du réel » apporté par un « récit immersif ».

Artefact, « installation spectacle » qui questionne la possible extinction de l’humain – et de la création, et du théâtre –  face à l’autonomie grandissante des machines, propose au spectateur l’expérience de trois installations mécaniques complexes disposées sur scène. Le public est divisé en trois groupes, qui expérimentent en rotation chacune de ces installations sur le plateau. Artefact, dispositif sans acteur, n’a donc également ni début ni fin – ce qui contribue à brouiller les repères d’un rapport traditionnel à la représentation. On ne sait pas si c’est un spectacle, mais en tout cas c’est une expérience. Quelle expérience ?

Deux des installations sont ce que l’on pourrait appeler des castelets 2.0. Le spectateur s’assied face à ces castelets, à l’intérieur desquels sont imprimés en 3D – et en direct – des figures symboliques : l’arbre de En attendant Godot, pour signaler que quelque chose « va peut-être finir », et une réduction miniature de ce même castelet 2.0, pour signifier que les machines sont désormais capables de créer elles-mêmes leur propre forme spectaculaire. Des images sont projetées sur des écrans fermant ces castelets : l’esquisse d’une amitié virtuelle avec un chatbot ; la compilation par algorithme, à l’ère post-humaine, d’une pièce de théâtre à partir de morceaux de drames existant. La troisième (ou la première, ou la deuxième) installation est une maquette de décor, transformée en direct par une machine qui se saisit et se dessaisit des éléments du paysage – tout en citant (car oui, on dirait bien que c’est elle qui parle – car alors qui parlerait ?) des extraits d’Hamlet ou de Macbeth. Ces trois installations questionnent, au-delà de l’autonomie des machines et de la possible disparition de l’humain, le statut de tout ce qui est non-humain, un objet, un artefact – sa manifestation dans le réel, son degré de présence, son être-là.

L’expérience hypnotique se loge ici dans l’œil et dans l’oreille.

Les trois installations induisent en effet une fixité du regard : soit celui-ci est rivé aux castelets et au double mouvement produit par le va-et-vient de l’imprimante 3D et le défilement des images, soit il est rivé aux mouvements millimétrés de l’énorme robot-scénographe. Dans tous les cas, l’œil est fasciné, comme anesthésié.

Les trois installations proposent également une immersion sonore via l’usage d’une bande son continue constituée par des logiciels de synthèse vocale. Ces voix virtuelles, arythmées, créent un effet de somnolence : il n’y a rien d’humain pour nous maintenir éveillés.

Deux techniques d’induction donc – fixité oculaire et continuum vocal – et un constat : les machines nous endorment. Cette impression crée un malaise : on est troublé d’expérimenter un dispositif qui nous dit le caractère éternel des artefacts et l’éphémère de l’humain… tout en étant incapable de rester pleinement éveillé au maximum de ses pauvres capacités humaines.

Si quelque chose d’hypnotique il y a dans Artefact, ce n’est donc pas le salutaire voyage intérieur qui permet d’aller chercher en soi une zone de confort bienfaitrice. Il s’agit plutôt d’un envoûtement par le mécanique et sa mutation, le virtuel ; d’une fascination pensée comme telle pour interroger notre capacité humaine à résister, justement, à la séduction des machines.

Au-delà de cette hypnose troublante – parce que physiquement très appréciable, mais éthiquement gênante (avec, on le répète, l’intention délibérée de l’être) – l’écrin expérimental proposé par Artefact serait peut-être le dispositif d’éclosion d’une nouvelle forme d’onirisme du spectateur. Beauté de la matière, beauté de la virtualité, beauté de l’étonnante émotion dégagée par les machines… D’ailleurs le robot-scénographe le formule lui-même, peut-être comme un souhait : « rêver, peut-être… » Artefact est d’ailleurs, peut-être, un rêve.

Mais sommes-nous en train de rêver, ou sommes-nous de simples passants dans le rêve des machines ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.