Expérimentation d’installations immersives à l’ENSATT

Propos recueillis par Pauline Picot

Invitation à la rêverie

Propos de Clément Soumy,
élève à l’ENSATT en création lumière,
sur son installation hypnotique
expérimentée le jeudi 13 avril 2017.

J’ai tenté de stimuler l’imaginaire du spectateur en utilisant différentes techniques d’hypnose. Pour cela, j’ai utilisé le principe de fixation du regard. Souhaitant mettre la lumière au cœur de mon expérimentation, j’ai donc travaillé avec les spécificités techniques de plusieurs sources : la bougie, la lampe à incandescence et la lampe à LED.

Chacune de ces sources possède à mon sens une temporalité différente.

La bougie relève d’un temps long. Aussi bien pour sa mise en œuvre que pour contrôler sa combustion, son allumage et son extinction. De plus, son intensité n’est pas maîtrisable. J’ai donc choisi de travailler premièrement sur des intensités faibles. La flamme de la chandelle captivant en elle-même (voir Bachelard, La Flamme d’une chandelle), j’ai ainsi mon premier point de fixation du regard. Afin d’amplifier (encore un principe théorisé par l’hypnose) la fascination qu’entraîne la flamme, j’ai décidé de travailler sur le regard périphérique au travers d’un cyclo qui souligne le vacillement de la flamme.

L’ampoule à incandescence, quant à elle, ne peut pas être observée longtemps dans son intensité maximale. Etant parti de l’extinction et d’un temps long avec la bougie, il me faut accompagner cette transition du spectateur vers cette deuxième source lumineuse. La couleur du filament lors de son allumage est proche de celle d’une flamme, favorisant ainsi cette transition. La temporalité propre à l’ampoule est également soutenue par le cyclo dont le clignotement devient cette fois délibéré, libérant l’esprit d’un trouble qui commençait à se dissiper pour en créer un nouveau – par la révélation d’un mannequin. Grâce à la propension de l’être humain à l’humanisation, un nouveau trouble est alors créé : est-il vivant, ou non ? Bouge-t-il, ou ne bouge-t-il pas ?

La LED, quant à elle, relève d’un temps plus court et possède une nervosité à nulle autre pareille. Elle me permet alors d’utiliser des principes de la rupture et du choc. Cette rupture casse alors le temps lent jusqu’ici installé pour amener une nouvelle esthétique. Si c’était à refaire, j’augmenterais le moment de clignotement à haute intensité qui produit sur le spectateur un processus d’habituation qui s’installe alors dans son œil, favorisant la rêverie.

Pour soutenir et faire le lien entre ces différents moments, j’utilise une bande son. Sur toute la partie concernant la fixation par la bougie, il s’agit d’une respiration dont j’accélère puis réduis la vitesse. L’objectif étant qu’inconsciemment, un lien auditif s’effectue alors entre le spectateur et le dispositif. De plus, il est nécessaire pour moi de faire oublier les quelques sons qui peuvent parvenir du dispositif.

Par la suite, un texte de Bachelard est lu par un comédien. J’ai effectué des coupes dans le texte, sélectionnant les paragraphes évoquant la flamme et la rêverie, pour la suggérer oralement. Le texte vient s’ajouter aux éléments visuels développés en parallèle. J’en ralentis la vitesse de lecture pour qu’inconsciemment, le phrasé particulier bouleverse le temps subjectif du spectateur au profit du temps mis en place par le dispositif.

Si j’avais à refaire ces expérimentations, je travaillerais davantage sur la fin et l’achèvement du dispositif ; le moment d’accompagner le spectateur vers le retour à son temps propre et au temps social.

Trois immersions

Propos de Mallory Duhamel,
élève à l’ENSATT en création lumière,
sur ses trois installations immersives
expérimentées le jeudi 13 avril 2017.

Dans Méduse, l’immersion est d’ordre physiologique ; pour toucher du doigt nos limites perceptives vis-à-vis de la couleur. On voyage au travers de la couleur et dans notre propre rapport à celle-ci. Je voulais placer l’ « immersant » [NB : celui qui fait l’expérience de l’immersion] au sein même de son organisme. Dans ce travail, je m’inspire beaucoup de ce qu’a fait James Turrell avec ses Perceptual Cells.

Dans Transe sur Transat, l’immersion est d’ordre hypnotique : le dispositif questionne le rapport de l’immersant au lâcher-prise et à la distance qu’il garde vis-à-vis de l’œuvre.

Dans L’homme en boîte, l’immersion est d’ordre sociale et humaine. Je voulais créer un dispositif avec un acteur, car on a souvent en tête que dispositif = machine. De plus, les dispositifs immersifs ont la réputation d’être relativement focalisés sur les sensations, les perceptions, ou un questionnement plutôt physiologique de notre être. Je voulais parler du monde carcéral en mettant l’immersant face à un prisonnier, face à un être humain. Dans un milieu où tous deux sont coupés d’une relation avec le monde, je souhaitais recréer par ce dispositif un espace de lien entre l’ici et le dedans : faire un pont entre deux mondes.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/05/2017

    […] et Mallory Duhamel, étudiants en conception lumière 3e année à l’Ensatt, présentaient des dispositifs expérimentaux liés à leurs travaux de recherche-création de master ; ces dispositifs étaient testés par les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.