Anthologies oniriques du Jura – 1

Hurcyle Gnonhoué

Tranches de rêves à La Fabrique de Dole dans le Jura

Les carnets des Anthologies oniriques documentent l’atelier de recherche-création que mènent les étudiant.e.s du département Écrivains dramaturges de l’ENSATT aux Scènes du Jura autour de la problématique du rêve. Ils travaillent sur le modèle des réalisations du Collectif Eskandar avec Samuel Gallet, co-responsable du département.

Et si nos rêves conquéraient l’espace public sans que ne tombe l’intimité de cette part de nos vies ? Dans ce cas, ils pourraient révéler toutes leurs couches de poésie, de rythme, de folie, de comique. Mieux, ils pourraient être chantés. C’est le principe des Anthologies oniriques du Collectif Eskandar qui a donné un spectacle théâtral et musical ce vendredi 12 mai à La Fabrique de Dole, l’un des sites des Scènes du Jura.

Concrètement, les membres du Collectif Eskandar collectent des rêves durant trois jours, travaillent une journée à la dramaturgie (écrire ce que sera le spectacle : scènes de rêves sur le mode dialogué, monologué, récits, chants) et font une journée de répétition avant de livrer leur interprétation-présentation des rêves au public.

Sur scène, ils sont quatre : trois auteurs-comédiens (Jean-Marie Clairambault, Samuel Gallet, Laura Tirandaz) et une musicienne (Mélissa Acchiardi). Durant une cinquantaine de minutes, le monde qui s’agite derrière les paupières des habitants de Dole (ceux qui se sont prêtés au jeu de la collecte de leurs rêves) s’épanche sur le plateau. On assiste alors à une création composite tressée de tonalités et de formes multiples. Devenus médiateurs des personnes auprès desquelles ils ont récolté des rêves, les acteurs font entendre des univers variés, allant du social au politique en passant par l’inattendu, l’éternel amour ou le fantasmagorique. Qu’ils soient élèves, ouvriers, commerçants, responsables administratifs, on peut relever de la rencontre avec leurs rêves, enfantés la nuit ou simples désirs personnels, que les gens sont habités par leur ville, leur environnement socio-politique, leurs souvenirs.

Le spectacle proposé se vit comme des stations d’écoute de vies (intérieures) données à être entendues et visitées, donc ressenties, dans un moment théâtral où l’acte du spectateur est celui du voyage. Et si les nuances de voix des acteurs servent de guides aux portes de chaque rêve, elles se muent très vite en des personnalités que le spectateur rêve et tente de débusquer en lui-même ou parfois, dans son entourage, lorsqu’on pense que l’auteur du rêve est probablement dans l’assemblée. Cette sensation double est particulièrement tributaire du fait que l’on se sait dans le domaine du soi ou de l’âme, le mot est juste, de quelqu’un d’autre. Je rêve « de devenir un youtubeur connu », « de faire l’amour avec l’acteur principal de la série Mentalist » ou « qu’il y ait une coupure généralisée pour que les gens soient obligés de se parler » peuvent être compris comme des rêves marqués par l’époque, par les technologies actuelles. Dans le cas du patron du restaurant municipal qui confie entre autres : « mes employés rêvent d’une augmentation, pour moi ce rêve est un cauchemar », ou celui de la femme qui rêve de François Fillon qui la poursuit et qui se fait rattraper par Jean-François Copé, on y lit aisément l’empreinte de la vie politique française du moment. Cette inscription est aussi très claire dans l’exemple de la réponse « Macron » que donne quelqu’un à toutes les questions que lui posent les membres du collectif. C’est aussi ce que l’on perçoit dans les rêves qui figurent des étrangers ou Marine Le Pen. Ailleurs, dans des ambiances comme celle du rêve du Bonhomme Michelin où la rêveuse s’entend s’appeler depuis la forêt, cette immensité inquiétante et source d’envies, nous sommes plutôt dans le domaine de la cinesthésie. On retrouve aussi ce régime chez celui qui rêve du noir absolu, ou de celle qui sent son environnement envahi par Johnny Hallyday. Et que dire du rêveur qui se retrouve à son propre enterrement, sa famille autour du buffet alors qu’il est maintenant le crabe servi sur le buffet ?

Moment de pensée du rêve

Au terme du spectacle, il y a eu un temps d’échange autour du rêve conduit conjointement par Chrystel Delaigue, philosophe anthropologue, et Mireille Losco-Lena, professeure en études théâtrales. Chrystel Delaigue souligne que le retour en grâce du rêve en tant que part de surgissement du nouveau est nécessaire aujourd’hui, « plus généralement dans nos sociétés occidentales et modernes ». Une invitation à renouer avec des pratiques telle que les « Temples d’incubation, lieux dans lesquels on venait se coucher et dormir afin de rendre possible l’interprétation des rêves (endroit sacré en Grèce, et auparavant en Egypte, à Rome, à Pergame) ». Mireille Losco-Lena a, pour sa part, axé son intervention sur le lien du théâtre au rêve. Il est à noter qu’au-delà du rapprochement de l’expérience du rêve de celle du spectateur qui s’apparente à une parenthèse dans le quotidien et où il se retrouve dans une position de repos, dans le noir, avec une ouverture sur un imaginaire, une rêverie née de la scène, le rêve est au théâtre un motif important à travers les siècles. Mireille Losco-Lena relève deux catégories faisant entendre le rêve théâtral d’un côté comme un leurre, une fiction mensongère et de l’autre comme une ouverture au et/ou du réel. La première, qui avait cours jusqu’au XIXème siècle, était fondée sur l’idée que le théâtre est un art du masque, du faire-semblant. En l’occurrence, les Anthologies oniriques se rapprochent d’un lien positif entre rêve et théâtre – deuxième catégorie énoncée par Mireille Losco-Lena. C’est le Romantisme qui, avec un changement de perspective, fait du rêve, non plus un leurre, mais « une modalité de la réalité. C’est une façon d’être au monde que de rêver ; une façon tout à fait riche, tout à fait passionnante… une voie d’accès au réel ». Le réel est conçu  ici en tant qu’inconscient, sujet que les poètes de ce siècle vont appeler « l’âme » (qui peut être individuelle ou collective). Mais le rêve au théâtre, c’est aussi le symbolisme, le surréalisme, des formes qui explorent les ressources de la psychanalyse et sur la scène contemporaine, une recherche de plongée hypnotique dans le for intérieur du spectateur.

Pour Mireille Losco-Lena, « c’est très compliqué de faire l’histoire du rêve ». Dans ce sens, elle note à propos des Anthologies oniriques qu’« aller interroger les gens sur leurs rêves est une démarche qui a été très rarement faite ». Elle poursuit : « Ce que je trouve assez passionnant dans la démarche c’est que c’est une partie énorme de nos vies, dont on ne parle jamais, dont il n’y a pas d’histoire, une part du réel qui nous échappe » qui est ici explorée. Le dispositif est en soi performatif et confère à l’instant théâtral un effet de réel manifeste étant donné qu’une partie du public est composée des contributeurs.  En ce qui concerne le protocole de la collecte, Samuel Gallet a mentionné qu’il est toujours en cours d’invention. Pour l’heure, le collectif fait des rencontres individuelles (le collecteur et celle ou celui qui partage son rêve), des rencontres collectives ou distribue des questionnaires. À rappeler qu’une nouvelle expérience d’Anthologies oniriques a commencé ce lundi 15 mai par la phase de collecte de rêves à Lons-le-Saunier, par les étudiant.e.s du département Écrivains dramaturges de l’ENSATT. Ils suivent le même protocole que le collectif Eskandar et donneront le samedi 20 mai leur performance rêvée au théâtre de la ville.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/06/2017

    […] rêves démarre le lundi 15 mai (même si nous sommes arrivés quatre jours plus tôt pour voir les Anthologies oniriques du collectif Eskandar, à Dole). La veille, le dimanche, nous avions tous ensemble établi un […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.