Anthologies oniriques du Jura – 2

Hurcyle Gnonhoué

La hargne du rêve au cœur du réel dans La Bataille d’Eskandar

Les carnets des Anthologies oniriques documentent l’atelier de recherche-création que mènent les étudiant.e.s du département Écrivains dramaturges de l’ENSATT aux Scènes du Jura autour de la problématique du rêve. Ils travaillent sur le modèle des réalisations du Collectif Eskandar avec Samuel Gallet, co-responsable du département.

L’un des temps forts du festival « Urgent rêver » des Scènes du Jura en cette fin de saison est le spectacle La Bataille d’Eskandar du Collectif Eskandar, écrit et mis en scène par Samuel Gallet. La représentation a eu lieu ce samedi 13 mai à La Fabrique de Dole.

Nous sommes dans le domaine du rêve, lieu feuillu d’images et d’ambiances souvent électriques. Le spectacle en fait le mariage pour une traversée théâtrale et musicale. Comme bien d’autres, Mme de Fombanel se retrouve sans ressources et est sur le point de se faire expulser de chez elle dans le quartier sud, zone abandonnée d’Eskandar. Sa résistance passe par le rêve et celui-ci déborde dans le réel. Mme de Fombanel déploie une puissance onirique qui fait de son espérance intime une réalité : « Voilà une femme / Qui espère un cataclysme / Et le rêve alors devient réel / Et le réel est le rêve / Et la catastrophe advient ». Il faut qu’une catastrophe survienne afin qu’elle se reconstruise face à l’incessant « Je vous demande de bien vouloir évacuer les lieux » des huissiers de l’Etat.

La situation de crise active les profondeurs non soumises de Mme de Fombanel. Son imagination nocturne et ses désirs viscéraux de survie de personne acculée la mettent en résonnance avec la nature. La terre tremble, le sol s’ouvre : le séisme est là qui fait tomber du béton sur les huissiers et fuir les survivants qui ont des lieux de résidence ailleurs. Les animaux du zoo sont libérés et on découvre un bestiaire mythologique. Une correspondance de destins s’opère entre ce que Mme de Fombanel peut penser et ressentir face au monde qui l’écrase et à sa fureur de destruction et l’ouverture à la reconstruction que portent les éléments premiers que sont les animaux, les eaux, les montagnes… Cette manière que les espaces intérieurs et extérieurs de Mme de Fombanel ont de réfléchir l’un sur l’autre est rendue accessible par le regard nouveau qu’elle s’autorise. La langue est également réinvestie à la mesure du rêve dans ce spectacle. Evocations heureuses de particules de poussière dans l’air tiède, de barrissements d’éléphants, rencontre avec des bêtes fabuleuses comme les lions du Congo, d’Europe, de Somalie, d’Asie ou des Masaï, lions requins, « lions des villes disparues sous le sable »… tous réunis dans le quartier sud, zone abandonnée d’Eskandar, rugissant et déchiquetant l’ordre asphyxiant en vigueur. La manière dont sa personnalité se rapporte à sa réalité témoigne de son imaginaire et, inversement, la vie dans son imaginaire reste en tension avec ce que le réel dépose en sa personne. Elle rêve et le réel tombe sous le coup de son imaginaire. Dans ce spectacle, le partage du rêve depuis le plateau peut être compris comme une phase de suggestion appelant le spectateur à une activité de construction, de représentation de cet espace déchu et voué à se restructurer. Ainsi une part de cette création ouvre les voies du transport, mettant sur la voie du « pouvoir de reconfigurer le monde » (F. Roustang) que possède chacun.

Les territoires de la rêverie qu’obstrue l’injonction de vivre en marge de la société – cette femme étant accablée de dettes, devant quitter son logis et élever dans ces conditions son enfant Mickel – s’ouvrent parce que Mme de Fombanel appelle de tous ses vœux le chaos, le cataclysme. Mais contre toute attente, le monde retourné qu’elle apporte n’est pas pour autant rebutant. Il est poétique, basé sur le renouement de l’humain avec le nom premier des éléments – comme le dirait Olympe Bhêly-Quenum – ou les matières élémentaires de Gaston Bachelard. La brèche est faite ; le spectacle s’entend à la manière d’un conte mythique poétisé où se mêlent théâtre des profondeurs oniriques et musique d’ouverture recourant à des instruments d’horizons multiples. L’instant théâtral peut alors être ressenti ici comme un appel à une descente, à une reconnexion aux possibles ouvertures de l’imaginaire. Un envol afin d’enrichir le monde par cette poésie autre qui prend les pistes du fantasmagorique, du désemparant, avec des rêveries inconnues, des topographies renouvelées – à l’image de cette ville rêvée d’Eskandar –, des relations non stéréotypées.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.