Anthologies oniriques du Jura – 3

Hurcyle Gnonhoué

Dans l’atelier du Sel des rêves des étudiants de l’ENSATT à Lons-le-Saunier

Les carnets des Anthologies oniriques documentent l’atelier de recherche-création que mènent les étudiant.e.s du département Écrivains dramaturges de l’ENSATT aux Scènes du Jura autour de la problématique du rêve. Ils travaillent sur le modèle des réalisations du Collectif Eskandar avec Samuel Gallet, co-responsable du département.

Le Sel des rêves est la performance que nous[1] avons donnée le samedi 20 mai sur la scène du Théâtre de Lons-le-Saunier. Résultat d’une semaine de travail de création, cette performance est une forme théâtrale et musicale que nous avons menée sous la direction de Samuel Gallet, suivant le modèle des Anthologies oniriques du Collectif Eskandar.

Les Londanien.e.s nous ont vus sillonner leur ville pendant une semaine, fiches et carnets de notes en mains, individuellement ou en groupe. A nos lèvres une question d’amorce presque intrusive : « est-ce qu’il vous arrive de rêver ? ». Dans le processus de création des Anthologies oniriques, la collecte des rêves est la première étape, avant celles de la dramaturgie et du spectacle. Pour Le Sel des rêves à Lons-le-Saunier, tout commence réellement le soir du dimanche 14 mai. Samuel Gallet explique la démarche consistant à aller « vers les gens et leur demander de partager les rêves de leurs nuits » et ceux qu’ils font éveillés. Pour cela, il a fallu réaliser ensemble un questionnaire servant de base aux échanges, individuels ou groupés selon les cadres de la collecte. En tant qu’outil de réalisation de la première étape du laboratoire, le questionnaire est appelé à aider les membres de l’équipe à suivre un même protocole de collecte et à mettre à l’aise l’interlocuteur. L’idée n’étant pas de le suivre à la lettre avec chaque personne « collectée » mais d’adopter une méthode commune. En amont de tout cela, l’équipe du théâtre de la ville a identifié des lieux possibles d’échanges et y a sensibilisé des personnes au projet. A cela s’ajouteront des rencontres à l’improviste dans la rue, les espaces publics…

La collecte de rêves

A partir du lundi 15 mai, la collecte commence réellement. Le questionnaire est testé lors de la matinée. Après une première mise à l’épreuve de l’outil, Samuel Gallet qui a observé les moments de discussions, notamment au Lycée Jean Michel de la ville, fait remarquer qu’il faut « prendre garde au questionnaire, être beaucoup plus libre et se fier à la qualité du lien qui s’instaure avec la personne afin de favoriser la parole » de cette dernière. Ainsi, depuis le quartier général du laboratoire, le Foyer du théâtre de Lons-le-Saunier, tout est constamment resitué, réorganisé et contextualisé selon les sites de collecte et les personnes inscrites sur le planning de travail. Il y aura, entre autres, le personnel du théâtre de Lons-le-Saunier, des commerces de la ville, l’école maternelle Paul Emile Victor, la caserne des Pompiers…

La question « Avez-vous fait des rêves interdits ? » a souvent mis les gens sur la piste des rêves érotiques sans qu’ils ne s’y étendent. De fait, nous avons réfléchi à cette piste ouverte et un questionnaire spécifique a été établi autour de ce point le mardi soir. Les clients d’une terrasse de bar ont été alors questionnés à la fin de la journée par le biais des fiches du questionnaire laissées à leurs tables et récupérées quelques minutes plus tard.  Toutefois, plus de la moitié des réponses ont été lapidaires à l’image des nombreux « oui », « non », c’est privé », « je garde pour moi les détails ».

Le travail d’écriture

Au soir du mercredi, nous étions en possession d’une grande quantité de réponses notées dans nos carnets ou parfois enregistrées. L’écriture individuelle aura duré vingt-quatre heures. Nous étions appelés à proposer chacun, dans un premier temps, les paroles d’une chanson ou un poème que prendra en charge par la musicienne Mélissa Acchiardi. Une fois cette première forme rendue le jeudi matin, afin que Mélissa Acchiardi trouve aux textes des notes musicales, il fallait d’autre part composer des moments scéniques du spectacle. Cette étape de travail individuel a conduit à un premier « monstre » d’une centaine de pages le vendredi 19 mai comprenant des formes telles que le dialogue, le portrait, le feuilleton « du rêve lucide », la comédie onirique, les rêves politiques de la ville de Lons-le-Saunier. L’étape suivante a été celle de la scénarisation dramatique de ce matériau fait de bribes et de commentaires de rêves nocturnes et diurnes des habitant.e.s de Lons-le-Saunier : c’est le moment de validation des propositions. Pour cela, les formes proposées ont été lues et discutés. A la recherche d’une performance finale digeste et intelligible, de nombreuses coupes ont dues être acceptées par les uns et les autres, douloureusement. Le travail de suppression a été réalisé afin que la performance ne dure qu’une heure. Et si l’objectif était compris par tout le monde, le sentiment partagé à ce moment était néanmoins celui de la déchirure car, au-delà de notre déception d’auteur.e qui voit certaines de ses propositions écourtées, il y a un certain sentiment de trahison vis-à-vis du moment de partage vécu avec la personne « collectée ».

Performer, rendre les rêves aux dépositaires

Le samedi dans la matinée, a continué le travail de resserrement. C’est aussi le jour de la performance proprement dite et, en amont, celui de la seule répétition au plateau, quelques heures avant le partage avec le public. Dans une mise en scène de Samuel Gallet et accompagnés de la musicienne, nous prenons connaissance de la scène et de nos différentes présences au plateau : les pupitres, les micros et les sièges installés quelque peu en retrait. Les moments du spectacle seront rythmés par les huit temps musicaux que dirige Mélissa Acchiardi.

Et enfin la performance. Un peu plus d’une heure pour restituer artistiquement – théâtralement et musicalement – les rêves Londanien.ne.s à leurs dépositaires. Jouée, déclamée, slamée, chantée, la vie onirique de la ville a existé le temps de cette performance par notre ʺmodesteʺ présence scénique. Et au terme du spectacle, lorsque des « merci » fusent du public au moment des applaudissements, c’est une joie teintée du soulagement qui nous étreint face à l’objectif « atteint ». Des remerciements forts et marqués qui témoignent du plaisir du public de voir son activité onirique transformée dramatiquement et restituée sur scène. A cela s’ajoutent mots de Virginie Boccard, directrice des Scènes du Jura, qui se hâte de venir nous dire son contentement et celui de son public. Enthousiasmée, elle dira : « C’était drôle, juste, humble… vous avez vu la qualité d’écoute suscitée ? C’est beau et touchant d’entendre sa propre vie onirique théâtralisée sur une scène… ».

Du travail d’artisan de rêves

En définitive, le laboratoire des Anthologies oniriques a été le lieu d’une recherche-création de l’immédiateté pour nous, étudiants en écriture dramatique. Depuis la quête du matériau de travail, ici les rêves, jusqu’à la restitution publique, l’enjeu majeur a été d’être au plus près de la population, quelle que soit l’exploitation faite des rêves confiés. En effet, la performance s’enrichit énormément des situations de collecte et de la richesse du lien ayant existé au moment de la collecte. Ce qui se joue dans le spectacle final ce sont non seulement les univers oniriques collectés mais aussi la vision des gens sur cette part de leurs personnalités le plus souvent considérée comme privée, réservée à l’entourage intime ou tenue pour quelque chose d’inintéressant, d’« irrationnel ». En réalité, le travail de dramaturgie réinvestit chaque instant de la rencontre avec la personne « collectée » pour faire naître une écriture, et donc, ne se contente pas de faire un récit de rêve. S’il y a impasse lors du contact, cela devient prétexte pour restituer l’embarras ou le désintérêt, le refus de partage ou l’empêchement, le rapport étonné face au rêve ou les analyses et commentaires du collecté vis-à-vis de leur activité onirique.

A ce niveau, la notion de « balade », utilisée par Samuel Gallet à propos de ce chantier, fait sens. Le dramaturge performer est ici dans un entre-deux artistico-social où il utilise le rêve de personnes réelles pour la création d’une fiction à laquelle il convie les dépositaires, non pas pour une évaluation de l’utilisation du matériau mais pour en découvrir la potentialité artistique partageable. A la question de Gwendoline Soublin de savoir « dans quelle mesure [elle a] le droit de combler les trous du gruyère avec [son] imaginaire », Samuel Gallet précise qu’« il ne s’agit pas d’être dans un rapport éthique avec le rêve des gens ». « Nous faisons une restitution de notre parcours en donnant une certaine image, une intensité, ajoute-t-il. Les gens vont s’y retrouver ou pas : c’est un pari poétique. Nous écrivons ce que nous avons senti face à ce que les gens nous confient, nous ressaisissons la matière. C’est un acte d’écriture, avec nos points de vue subjectifs ». Un moyen d’y parvenir a été de se donner des contraintes formelles et de durée. Ainsi, pour Le Sel des rêves, il s’est agi de lieux géographiques, de portraits, de feuilleton, de forme chorale, de document sur le rêve…

[1] Etudiants écrivains dramaturges en Master 1 à l’ENSATT : Thais Beauchard de Luca, Béatrice Bienville, Lisiane Durand, Hurcyle Gnonhoué, Pierre Koestel, Jana Remond, Gwendoline Soublin et Victor Inisan-Le Gléau, en dramaturgie à l’ENS de Lyon.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/06/2017

    […] ← Précédent […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.