Anthologies oniriques du Jura – 4

Textes rassemblés par Hurcyle Gnounhoué

Les carnets des Anthologies oniriques documentent l’atelier de recherche-création que mènent les étudiant.e.s du département Écrivains dramaturges de l’ENSATT aux Scènes du Jura autour de la problématique du rêve. Ils travaillent sur le modèle des réalisations du Collectif Eskandar avec Samuel Gallet, co-responsable du département.

Ce document présente des extraits du texte Le Sel des rêves des étudiants de l’ENSATT. La numérotation n’est pas liée à la structure de base de la pièce, elle est simplement à titre indication pour créer un lien de continuité dans cette proposition-ci.

De même, les prénoms des locuteurs sont ceux des membres de l’équipe qui étaient au plateau. Par conséquent, les rêves ainsi énoncés ne sont pas de nous mais sont ceux collectés à Lons-le-Saunier.

 

LE SEL DES REVES

Anthologie onirique à Lons-le-Saunier

 

De et par: MELISSA ACCHIARDI, THAIS BEAUCHARD DE LUCA, BEATRICE BIENVILLE, LISIANE DURAND, SAMUEL GALLET, HURCYLE GNONHOUE, PIERRE KOESTEL, VICTOR INISAN LE GLEAU, GWENDOLINE SOUBLIN

 Festival URGENT REVER – Les Scènes du Jura – 20 MAI 2017 

je sais le sel qui reste dans mes mains
comme sur les plages reste le parfum
quand la marée descendue se retire
JORGE DE SENA
1.
Rêver Lons-le-Saunier

PIERRE. – Comment rêvez-vous Lons-le-Saunier ?

JANA. – Vous savez, Lons, c’est une petite ville. Calme. En sécurité.   

GWENDOLINE. – De partir, Lons-le-Saunier, il rêve de partir !

PIERRE. – Moi, je rêve d’un Lons avec plus de fantaisie, plus de folie. Et d’insouciance aussi.

BEATRICE. – Avec moins de parking, et plus de verdure.

PIERRE. – Lons rêve de tranquillité. On fait tout pour ne pas brusquer la tranquillité des gens. Les gens sont tranquilles et vivent tranquillement dans leur tranquillité.

JANA. – Qu’il y ait un MONOPRIX !

GWENDOLINE. – Je rêve que Lons soit plus attractive, surtout pour les jeunes. On devrait faire venir Macron pour que ça attire du monde.

BEATRICE. – Le cauchemar de Lons, ce serait de perdre le peu d’industrie qui lui reste. Ce serait la catastrophe.

JANA. – Ce serait bien qu’il y ait un centre commercial.

PIERRE. – Ça va pas ?  Lons, c’est une ville où y a rien et c’est très bien comme ça. C’est ce qui fait son charme.

BEATRICE. – Ici, on se dit qu’il y a rien. Avant, quand j’étais petite, Lons, c’était LA VILLE. Maintenant j’ai l’impression d’étouffer.

2.
MELISSA. –
INTERMEDE 1
Et maintenant, le feuilleton du rêve lucide
SHAKIRA MON AMOUR


NUIT 1

VICTOR. – Un soir, j’ai voulu devenir le maître de mes rêves. J’avais quinze ans. Et ça s’est produit. Du jour au lendemain ça c’est vraiment produit, j’étais capable d’ordonner les personnages de mes rêves, les paysages, les intrigues de mes rêves la nuit venue. Mes rêves peuvent durer des mois. Grâce à mon imagination, je suis capable d’inventer des territoires incroyables, des mondes desquels je deviens le héros absolu. Je mène une double-vie. Celle du jour. Celle de la nuit. Et c’est dans celle de la nuit que tout me devient permis.

Hier dans ma vie du jour, j’ai vu un clip sur MTV. Un clip dans lequel chantait et dansait une fille superbe. Je me sentais seul. Elle souriait de toutes ses dents. Je veux la prendre dans mes bras et lui murmurer des petits mots doux – comme le font ceux qui sont amoureux et que j’observe parfois de loin avec la tristesse coupable d’un débutant.

 

3.
De l’importance du poulet quand on a six ans 

JANA. – C’est quoi un rêve pour toi ?

BEATRICE. – Un rêve, c’est le plus beau jour de ma vie.

JANA. – Et tu rêves de quoi la nuit ?

BEATRICE. – Que je mange du poulet.

JANA. – Quoi d’autre ?

BEATRICE. – Que je mange du poulet avec des frites.

JANA. – Mais ça t’arrive de faire d’autres rêves ? Des cauchemars, par exemple ?

BEATRICE. – Oui.

JANA. – Il se passe quoi dans tes cauchemars ?

BEATRICE. – Il pleut des poulets.

JANA. – Et il se passe quoi ensuite ?

BEATRICE. – Je les mange.

JANA. – C’est quel genre de poulet ?

BEATRICE. – Du poulet.

JANA. – Mais, je veux dire, c’est plutôt du poulet rôti ? Des nuggets ?

BEATRICE. – Du poulet.

JANA. – Que tu manges ?

BEATRICE. – Oui, je mange du poulet dans mes rêves.

JANA. – Tu fais pas d’autres rêves ?

BEATRICE. – Je pense tout le temps au poulet.

JANA. – Donc tu ne fais que des rêves où tu manges du poulet ?

BEATRICE. – Non. Parfois, il y a aussi des gens qui sont des poulets.

JANA. – Et tu les manges ?

BEATRICE. – Bien sûr que non. C’est des gens.

JANA. – Et sinon, tu rêves de quoi dans la vie ?

BEATRICE. – Que la planète soit faite en poulet.

 

4.
Rêves en vrac à Lons-le-Saunier

LISIANE. – Ah mais mes rêves, c’est des trucs bizarres : je rêve beaucoup des animaux. Par exemple des sangliers qui débarquent à la piscine et hop plouf plouf ils descendent dans l’eau. Des fois il y a l’un d’eux qui garde un sac à dos.

JANA. – Je suis dans la maison familiale de mes parents. Il y a des animaux dans la cour. Il y a des cochons. Je me dispute avec ma mère. Pour mettre fin à la situation, je l’assassine, je la coupe en morceaux et je demande à mon père où est-ce que je peux mettre ses membres. Il me dit de les donner aux cochons.

THAIS. – J’ai rêvé une fois d’un des gamins que je suis qui est en fauteuil roulant. Il gagnait une course d’athlétisme, et moi, je l’ai engueulé parce qu’il s’était levé de son fauteuil.

HURCYLE. – On était en vacances. Et d’un coup il y a eu une horde de gros cochons violets avec des queues en nœud. Ils ont débarqué et sont entrés dans notre appartement. On se regardait tous, intrigués. Ils ont ordonné qu’on rentre chacun dans nos chambres. Là, je remarque que nous sommes entrés dans une grotte en fait. Il y avait une petite fille gentille et belle qui avait peur. Un des cochons l’a attaquée et voulait l’étrangler avec sa queue violette. J’ai sauvé la fille de la queue du cochon.

GWENDOLINE. – C’est ridicule en fait. Mon père regardait une émission de Laurent Ruquier et d’un coup Laurent Ruquier s’est mis à poursuivre mon père avec une tronçonneuse.

BEATRICE. – J’ai rêvé qu’une personne d’un certain âge, environ 60 ans, avait décidé de faire un combat de boxe. Moi je suis entraîneur et franchement dans mon rêve, je trouvais que ce monsieur n’avait pas la condition physique. Bref il voulait faire un combat de boxe et je me disais : pourquoi il fait ça ? Je trouvais pas ça raisonnable. Quelque part je juge peut-être le fait qu’il se présente aux élections…

PIERRE. – Toutes les nuits, je rêve que je meurs. J’ai un truc dans la bouche, un bonbon dur. Je sais que si j’avale le bonbon, je meurs, et je l’avale ! Je me réveille quand il est là ! Je me dis « non, non, non, tu vas mourir, si tu l’avales », et je l’avale.

JANA. – Non en dehors de chez moi je n’arrive ni à rêver ni à faire caca.

VICTOR. – Je rêve que le monde brûle.

 

5.
MELISSA
ET MAINTENANT
Le feuilleton du rêve lucide
SHAKIRA, MON AMOUR

NUIT 77

PIERRE. – Je l’avais senti venir. Avec son regard de bœuf où dedans c’est bleu. Shakira a donné un concert à Madrid et c’est là qu’elle l’a rencontré, je crois. Gerard Piqué. Le défenseur de l’équipe de football de Barcelone. Elle l’a rencontré dans la vie réelle, la vie du jour, mais cela semble pourtant avoir des répercussions sur notre histoire la nuit. Shakira me paraît plus distante, moins éprise depuis quelques semaines.  Elle dit qu’elle est fatiguée. Mais je sais qu’il n’est nullement question de fatigue. Il n’est question que de Gerard Piqué. Gerard Piqué le footballeur. Je perds le contrôle. Je voudrais changer l’histoire. Faire revenir Shakira vers moi mais plus je cherche à faire plier sa volonté plus elle me résiste. Je regarde tristement l’alliance qui enserre mon annulaire. Parfois, il m’arrive de me réveiller en pleurant. Cela ne m’était jamais arrivé. Ne plus parvenir à garder le contrôle sur l’histoire qui s’écrit. Depuis mon lit, je reste là, blotti entre les draps, et alors je me rappelle que j’ai 22 ans, que je suis étudiant en design, que j’habite à Lons-Le-Saunier et que je suis seul.

 

6.
Les rêves érotiques de la Ville de Lons

THAIS. – Faîtes-vous des rêves érotiques ?

LISIANE. – J’en fais plus, je me consacre à mes enfants.

JANA. – Oui je fais des rêves érotiques pas forcément autorisés. Mais je m’arrêterai là.

BEATRICE. – Oui ça m’arrive de faire ce genre de rêve. C’est rarement avec mes copains, les pauvres.

HURCYLE. – NON !

VICTOR. – Ça me gêne d’en parler.

LISIANE. – J’ai fait un rêve érotique avec un pied une fois.

PIERRE. – Je me tapais ma voisine.

JANA – J’en fais, mais c’est…intime.

GWENDOLINE. – Quand j’étais adolescente, j’ai fait un rêve d’initiation avec une vieille femme. J’ai eu la sensation d’être guidée au cœur de quelque chose de très sombre, et d’accéder, en même temps, à un savoir ancien.

HURCYLE. – Ça m’arrive de faire des rêves érotiques. Dans ces cas-là, je suis pas spécialement avec mon épouse.

THAIS. – J’ai rêvé à plusieurs reprises de faire l’amour avec dieu.

LISIANE. – OUI ! Chris Evans sort de l’écran du film que je regardais, et on a fait l’amour dans la pièce !

PIERRE. – Oui, des trucs avec des parapluies, sur des tables de dissections…

HURCYLE. – Quand ma femme est chiante je fais des rêves érotiques avec d’autres femmes.

GWENDOLINE. – Il y a une fille qui a fait des rêves érotiques de moi, et après on est sorti ensemble pendant 6 mois.

BEATRICE. – Keira Knightley attachée aux barreaux de ma fenêtre.

VICTOR. – C’est du hard. Bon, un bout vous aller voir que c’est hard : j’ai rêvé que j’avais un amant, un collègue, il avait un sexe à la taille de la Tour Eiffel.

 

7.
MELISSA
ET MAINTENANT
Le feuilleton du rêve lucide
SHAKIRA, MON AMOUR

 NUIT 113

VICTOR. – Shakira, c’est de l’histoire passée. Je reprends le contrôle. Il faut avancer. Ne pas perdre la tête. On n’en a qu’une. Je suis le maître de mes rêves. Au cinéma avant-hier, j’ai vu une fille qui m’a beaucoup plu. Ça m’a couru le long des bras, tous ces frissons. Comme dix mille fourmis qui feraient vibrer tout un orchestre sur ma peau. J’ai l’impression que c’est la première fois que je ressens ça. Elle a quelque chose dans les yeux de… de… Je suis en train de tomber amoureux. Elle s’appelle Natalie Portman et ce soir, elle est à moi.

J’ai fait mon deuil.

Le plus grand rêve de la ville de Lons-le-Saunier

BEATRICE. – J’ai demandé à quoi rêve Lons-Le-Saunier. Au sel, m’a répondu un monsieur. C’est peut-être vrai. Que dans les rêves des habitants de Lons-Le-Saunier se glissent des cristaux de sels. Qui leur entrent par les pores de la peau quand ils vont aux thermes. Qui se glisse dans leurs paupières lorsque le vent s’épanche. Qui leur rentre par la plante des pieds, pieds nus sur les pierres chaudes en été.

C’est une eau salée comme les larmes

Une eau salée qui n’est pas la mer

C’est peut-être vrai que quand l’eau leur coule des yeux, elle y est plus salée qu’ailleurs. Que leurs rêves ont un goût différent.

C’est peut-être le puits salé comme un cœur d’oignon autour duquel la ville, couche par couche, s’est cristallisé

Sous Lons-Le-Saunier, à 240 mètres de profondeur, il y a un banc de sel :

Sans ce sel il n’y aurait pas eu de ville.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/06/2017

    […] ← Précédent Suivant → […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.