À la recherche de la sensation hypnotique

Photographie de Eunji Park

par Pauline Picot

Let me change your name
Eun-Me Ahn
5 et 6 octobre 2017
Maison de la Danse – Lyon

La Maison de la Danse connaît déjà Eun-Me Ahn : la chorégraphe coréenne l’avait secouée avec ses Dancing Grandmothers (février 2016), où de vieilles femmes nous offraient – dans des séquences filmées en muet – des moments de danse impromptue sur leur lieu de vie ou de travail. Eun-Me Ahn avait mis en regard la douceur de cette vieillesse à l’écran et l’ultra-explosivité de ses jeunes danseurs au plateau, pour finir par les réconcilier en invitant ses « grand-mères dansantes » sur scène pour inventer un langage corporel commun qui transcende les âges.

Quand la Maison de la Danse programme Let me change your name, une création antérieure de Eun-Me Ahn, on l’attend donc avec impatience. Les programmateurs du lieu annoncent même, sur le site Internet, « un rituel hypnotique ». Si on y repense, Dancing Grandmothers avait déjà quelque chose d’hypnotique : la musique électronique très forte et répétitive ; les danseurs se convulsant dans des douches de lumière puissante ; le plateau plongé dans des bains d’atmosphère colorée ou les poursuites roses, jaunes ou bleues suivant la course des danseurs. Mais on n’annonçait pas quelque chose d’hypnotique ; on ne promettait pas un état.

Let me change your name, même s’il souhaite explorer cette fois-ci les reconfigurations perpétuelles de l’identité, emploie le même langage scénique : création sonore fondée sur les collages cycliques de bruits ; couleurs « flashy » pour les costumes et les lumières uniformes du plateau ; brèves séquences gestuelles répétées tout au long du spectacle comme des mantras visuels.

On m’a promis « un rituel hypnotique », et en vertu de cette promesse je sonderai ma perception tout le long du spectacle, me demandant anxieusement si je « sens de l’hypnose » : si je suis dedans ou dehors, si je suis en transe ou bien juste fatiguée, si mes pensées se dispersent et s’évadent parce que « ça ne marche pas pour moi » ou si au contraire c’est le signe que le spectacle a su créer en moi une poche de dilettantisme onirique. Et comme cela se produit lors d’une séance d’hypnose, plus je tente d’ausculter consciemment ce qui se produit en moi, plus ma sensation réelle s’éloigne. Plus je voudrais être en hypnose – ou en tout cas glisser dans un état altéré – moins j’y parviens.

Cette recherche de la sensation hypnotique réduit finalement la perception esthétique du spectacle : on questionne notre aptitude à pénétrer un geste de transe en oubliant par-là même d’être sensible à d’autres paradigmes non-hypnotiques constitutifs de la création : élans ; dynamisme ; ruptures ; symbolisme à déchiffrer.

La promesse hypnotique semble donc à manier avec délicatesse : le terme brandi comme une garantie sensationnelle risque d’être un carcan pour la perception du spectateur, là où celui-ci pourrait davantage trouver de l’hypnose là où on ne lui en annonce pas ; à l’endroit où il ne questionne pas son ressenti mais se trouve tout à coup en état de penser  « tiens, je ne suis plus vraiment là ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.