Une plongée avec Catherine Contour

Une plongée avec Catherine Contour. Créer avec l’outil hypnotique
Paris, Naïca, 2017

Compte-rendu réalisé par Adeline Thulard

Catherine Contour est chorégraphe et découvre l’hypnose en 2000. Depuis, elle creuse les liens entre le processus hypnotique et le processus de création. En 2010, elle développe un projet au Centre National de la Danse sur la transmission et l’enseignement de la danse en utilisant les outils de l’hypnose. Elle prolonge ses recherches à la Gaîté Lyrique en 2013-2014 à travers des « Plongées » « pour découvrir les liens que la danse tisse avec l’hypnose ». Elle y crée différentes pièces en collaboration avec d’autres danseurs auxquels elle transmet cet outil, intégré au processus de création : les danseurs improvisent dans un état de transe lors des répétitions et transmettent au public, par le corps, cette ouverture de l’imaginaire caractéristique de l’état hypnotique.

            Dans Une plongée avec Catherine Contour. Créer avec l’outil hypnotique, la chorégraphe nous livre à travers un objet hybride son univers esthétique caractérisé par une ouverture, une disponibilité à l’espace et aux autres.

            Objet hybride car cet ouvrage est composé de photographies, comme autant de témoignages de ses processus de création et de ses œuvres ; d’une réflexion de Julie Perrin sur l’univers esthétique de la chorégraphe et son rapport aux lieux ; d’un article de Pascal Rousseau retraçant une généalogie qui éclaire le lien entre danse et hypnose ; d’un entretien où Catherine Contour explique son processus de création, d’un lexique du vocabulaire de l’artiste réalisé par Céline Eidenbenz ; de petites fiches à lire en tournant horizontalement le livre – accompagnées de dessins de Loren Capelli – détaillant les exercices que la chorégraphe met en place, et enfin de témoignages de ses collaborateurs et d’une liste de ses créations liées à l’outil hypnotique. L’ouvrage se laisse lire par vagabondages ou par « dérives », pour reprendre un terme cher à la chorégraphe : les fiches d’exercice et le lexique, par exemple, peuvent être feuilletés au cours de la lecture d’un article, pour éclairer un point. Les premières, dans tous les cas, intercalées ça et là, obligent le lecteur à un choix : s’y arrêter ou y revenir plus tard. C’est ainsi sous forme de labyrinthe que Catherine Contour nous dévoile ses processus de création et ses choix esthétiques, proposant une lecture qui n’est pas si éloignée du fonctionnement par association d’idées de l’état hypnotique.

            Au cœur de cette démarche éditoriale, il me semble que l’on retrouve un des questionnements esthétiques fondamentaux de la chorégraphe, sur lequel insiste Julie Perrin dans son article « La délicatesse d’une situation » en évoquant le rôle des « témoins » de création, premiers spectateurs auxquels Catherine Contour fait appel pour l’accompagner et qui anticipent la présence des futurs spectateurs (« gens », « assistance », « promeneurs », « auditeurs », « baigneurs » comme les décline l’auteure de l’article pour souligner la multiplicité des postures potentielles). C’est de ces témoins que nous restent les traces des créations, les photographies qui jalonnent l’ouvrage, les dessins, et toutes les autres contributions. L’hypnose est un outil d’ouverture à l’autre, d’attention à ce/ceux qui nous entourent et cette démarche collaborative fait ainsi écho à une attention portée au spectateur. Un rituel de convivialité se met en effet en place dans ses œuvres, pour accueillir et quitter l’assistance, dessinant une dramaturgie qui n’est pas sans rappeler le protocole hypnotique : « accueil, harmonisation collective, la collecte d’éléments personnels, la formulation d’un objectif commun, l’annonce d’une fin prolongée dans l’échange convivial » (p. 45-46).

            L’article de Julie Perrin se concentre en grande partie sur les expériences menées par Catherine Contour dans les jardins : des autoportraits liés à un lieu particulier, à habiter et parcourir et par lesquels la chorégraphe se laisse traverser par le biais d’une exploration multisensorielle en autohypnose. On retrouve également ces deux éléments fondamentaux – l’écoute d’un lieu et l’écoute de soi – dans les différents exercices. Ceux-ci commencent et se terminent presque tous de la même façon : s’installer sur un siège, donner un objectif à l’exercice, écouter « la musique du lieu », écouter la façon dont son corps s’inscrit dans l’environnement. À la fin, ouvrir les yeux après avoir laissé retentir la dernière image, s’étirer, bailler, boire un verre d’eau. Ici aussi, le rituel d’ouverture et de fin distingue bien la transe de notre état de conscience quotidien ou de ce qui se trouve hors spectacle.

            C’est dans cet état d’ouverture à l’autre et au lieu que Catherine Contour trouve un outil de création qu’elle transmet à ses danseurs en leur apprenant à se l’approprier. Ils seront ensuite en autohypnose pendant les représentations, ayant appris à cultiver cette attention particulière permettant de « mobiliser des ressources et des potentialités jusqu’alors insoupçonnées » (p. 41). L’hypnose amène alors une mise en mouvement de l’imaginaire dont le corps est traversé, ouvrant la danse à tous les possibles.

            L’article de Pascal Rousseau « La disposition du corps. L’hypnose comme média chorégraphique » ainsi que le lexique de Céline Eidenbenz intitulé « Une boîte à outil pour cultiver la création » permettent d’éclaircir les références et inspirations de Catherine Contour. L’hypnose ericksonienne y est évoquée, distinguant cette pratique des entreprises du XIXe siècle, mais c’est surtout le vocabulaire et la pensée de François Roustang qui semblent irriguer le propos et la démarche. L’objectif de l’hypnose, selon lui, est de « faire surgir dans le présent des potentialités jusqu’alors insoupçonnées[1] » : il s’agit bien d’un pouvoir d’imaginer, d’un pouvoir de créer. Ce pouvoir revient en dernière instance au spectateur, comme le résume le vidéaste Mathieu Bouvier dans une belle formulation : « parce que le danseur voit quelque chose, il nous donne à voir davantage que sa danse » (p. 118).

            Catherine Contour insiste aussi sur le rapport émotionnel qui naît de cette ouverture à l’autre par la transe :

La danse avec hypnose remue car l’émotion en est le moteur, le facteur énergétique. Des émotions qui se transforment sans arrêt. Cette météorologie des émotions se propage. Le « plongeur » est également traversé par des émotions, mais sans en être submergé et sans pouvoir les nommer.

Ces danses me semblent offrir un espace où il est possible de coexister dans une relation directe où chacun, dans ce qui le constitue de façon intime, est invité à une expérience artistique aux contours insaisissables (p. 100).

Au-delà des références aux ouvrages sur l’hypnose, ces deux contributions, ainsi que celle de Julie Perrin, permettent d’inscrire le travail de Catherine Contour dans une histoire de l’art et plus particulièrement de la danse – aussi pour l’en distinguer –, remontant par exemple à la « danse serpentine » de Loïe Fuller, et à la patiente-danseuse d’Emile Magnien, Magdeleine G., virtuose sous hypnose. Ce sont également les théories et philosophies qui nourrissent sa démarche qui nous sont livrées : du concept situationniste de « dérive » à la sérendipité, en passant par le taoïsme.

L’objet-livre nous convie donc à une sorte de voyage, où les visites des diverses parties s’éclairent les unes les autres et autorisent un vagabondage fait de retours en arrière, de sauts en avant, dans une grande fluidité. La plongée (qui donne son titre à l’ouvrage) est à la fois métaphore et réelle pour la chorégraphe chez qui l’élément liquide est très présent : l’attention flottante s’y fait finalement geste politique, contre le flux de notre quotidien et des sollicitations 24/7[2].

—–

[1] François Roustang, Qu’est-ce que l’hypnose ?, Paris, Éditions de Minuit, 1994, p. 10.

[2] Cf. Jonathan Crary, 24/7, le capitalisme à l’assaut du sommeil, Paris, Éditions la Découverte, 2014.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 18/12/2017

    […] Une plongée avec Catherine Contour […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.