Autour d' »ILLUSIONS »

Compte-rendu rédigé par Manon Worms

 

Cet article propose un compte-rendu du spectacle « ILLUSIONS », d’Ivan Viripaev, mis en scène par Olivier Maurin, créé au Théâtre de l’Elysée en juin 2017 et repris au TNP en octobre 2017, entremêlé à des propos et réflexions échangés lors de la rencontre du 25 octobre 2017 à l’Ensatt, en présence du metteur en scène, de deux comédiens, de l’éclairagiste du spectacle, et avec l’intervention d’Aurélie Coulon, docteure en études théâtrales.

 

 

 

 

 « Open up your eyes and look around… Illusion ! It’s just an illusion…Ooh … Could it be that it’s just an illusion…Putting me back in all this confusion… Illusions ! Ooh, ooh… It’s just an illusion… »

« Illusion », chanson du groupe Imagination,
1982

 

Peut-on identifier une mécanique hypnotique au cœur même d’un texte dramatique ? Des procédés voisins de ceux utilisés par l’hypnose peuvent-ils influencer le travail des acteurs ou la disposition d’une scénographie, sans qu’à aucun moment ils ne soient nommés en tant que tels ? Des effets hypnotisants peuvent-ils se dégager d’un spectacle et envahir certains de ses spectateurs sans qu’il ne s’agisse là d’une intention claire dans la démarche de création?

« Illusions », spectacle à la lisière entre détente et hypnose

La reprise au Théâtre National Populaire d’une pièce d’Ivan Viripaev, Illusions, mise en scène par Olivier Maurin, a été l’occasion de partager ces questions, entre l’équipe de création du spectacle et ses spectateurs. « Quatre jeunes gens viennent dire l’histoire de deux couples âgés, et rapporter les paroles intimes qu’ils ont prononcées avant de mourir à l’être qui a accompagné leur vie ; des paroles exprimant leur amour à d’autres êtres. » C’est ainsi qu’Olivier Maurin résume la pièce de Viripaev dans sa note d’intention, sur un ton aussi simple que celui donné par sa mise en scène : durant une heure et demie de spectacle, les quatre comédiens resteront au plateau en s’adressant alternativement l’un à l’autre et au public, divisé en deux par un dispositif bifrontal au cœur duquel se trouve une table de banquet, simplement recouverte d’une nappe blanche et de verres à pied, et à laquelle une partie du public est aussi installée.

Explorant quatre histoires d’amour emmêlées et les paroles de leurs protagonistes au moment de mourir, Viripaev écrit une pièce qui fait tournoyer les discours des uns contre ceux des autres, danser les vérités entre elles, à la façon d’une toupie qui au fur et à mesure qu’elle est lancée finit par brouiller la vision du réel. « Au fil des récits, comme au fil d’une vie, toutes les certitudes peuvent vaciller et un petit espace vient faire douter de la réalité des sentiments, de la réalité de nos perceptions, de la réalité même du récit. », continue Olivier Maurin. Et c’est bien ce « petit espace » que le spectacle construit et dans lequel il fait glisser son spectateur avec douceur, l’invitant à un parcours mouvant. Illusions est un spectacle aux allures de labyrinthe, à l’intérieur duquel on se déplace, un peu comme dans les architectures de nos rêves, ou bien comme dans ces jeux de parcs d’attraction. Vous souvenez-vous des « Palais des Glaces » des fêtes foraines, où l’illusion se fait le principe même de la circulation dans l’espace, et où tout le jeu consiste à déjouer ce que nous disent nos yeux pour éviter de se cogner aux vitres des miroirs, choc douloureux du réel au cœur d’un univers visuel entièrement trompeur, du fait de la juxtaposition des reflets et de la mise en réseaux d’une série d’illusions d’optiques ?

Le spectacle, pour autant, ne nous laisse ni nausée, ni hématomes : car la sensation de vertige, principal ressort dramaturgique du texte, est amenée avec beaucoup de douceur par son metteur en scène. C’est précisément cet environnement doux, cette délicatesse, comme le répète Olivier Maurin, qui constitue l’espace singulier où nous pouvons laisser flotter notre attention, « dans une certaine détente et affection qui permet de regarder de plus près ce qui nous fait être dans le monde ; une certaine détente qui parfois invite nos perceptions à vaciller et à faire des liens que le conscient n’oserait pas… »[1]. Sensation physique, simple et nouvelle à la fois : Viripaev invite à plusieurs reprises les acteurs comme les spectateurs à boire un verre d’eau, pour se « reposer », se dés-épuiser, « désaccrocher les gens de leur corps » et de leur fatigue[2] ; et cette détente concerne aussi bien les acteurs que les spectateurs – chaque être vivant présent chaque soir dans ce moment constituant ainsi une communauté délicate, qui aurait presque à voir avec un besoin enfantin, du côté du repos, du ralentissement agréable – on dit que les illusions bercent

Construire une communauté délicate

La discussion autour du spectacle a recréé cette petite communauté à l’échelle d’une salle de l’Ensatt. Elle a révélé que faire émerger cette douceur a été une large partie du travail de création, tirée de l’intention de Viripaev lui-même de faire du bien aux gens : trouver un certain état de vibration et d’accord entre les acteurs et le public qui pourraient faire du théâtre le lieu éphémère mais durable d’une réconciliation face au monde – ou plus précisément face aux effets fuyants, déceptifs et douloureux des relations amoureuses. Une certaine intimité collective se construit, nous relie les uns aux autres, et qui pourrait s’apparenter, rappelle Mireille Losco-Lena, à certains dispositifs hypnotiques proches de ceux qu’élaborait Sandor Ferenczi, psychanalyste hongrois contemporain de Freud qui revendiquait face aux théories qui faisaient de l’hypnose une pratique effrayante et autoritaire, une hypnose douce, touchant au bercement, à la relaxation[3].

Les acteurs disent en effet rentrer dans un type d’état particulier, une « disposition intérieure », disposition « à l’instant » pour Clémentine Allain, « une sorte de grand calme, on se détend, on se relaxe, on sent qu’il faut être là : on respire, on se met à être dans son corps autrement » explique Mickaël Pinelli. Cet état auquel on accède progressivement à travers un certain travail pourrait bien s’assimiler au processus d’induction tel qu’il est théorisé par l’hypnose ericksonienne ; et on a pu ainsi comparer le monologue qui ouvre la pièce, celui du personnage de Sandra, à ce temps d’induction, du point de vue des acteurs comme de celui des spectateurs. Nathalie Plasson hypnothérapeute, remarque que dans ces quinze premières minutes, un changement d’état a lieu dans la salle, vécu de manière différente par chacun : soit « on y va », on se laisse plonger dans les différentes rêveries possibles ; soit « on résiste » : on tousse, on s’endort, on pense à autre chose.

Ainsi, alors que le terme d’hypnose n’aura jamais été nommé lors des répétitions d’Illusions, on se rend compte que le vocabulaire employé par les acteurs (et les spectateurs) y renvoie à plusieurs reprises ; les variations de perception et de focalisation ouvrent sur une série de flottements très proches de certaines sensations mobilisées par l’hypnose. L’intervention théorique d’Aurélie Coulon, chercheuse, sur les liens entre la notion de hors-scène et les modalités dramaturgiques d’Illusions, a ainsi aidé à articuler ces deux ensembles. Le texte de Viripaev fait du plateau un espace « fractal », le lieu d’une coïncidence impossible entre la scène et l’esprit ; en faisant glisser les personnages vers des « figures », il modélise la parole en l’ouvrant au virtuel. Cette grammaire propre à la pièce compose un autre rapport à la scène et à son extérieur ; en d’autres termes, il s’agit de nous proposer un autre rapport au réel, composé d’une alliance fragile de douceur et d’instabilité, et dont l’accès nous est ouvert grâce à des procédés qui font de la scène le lieu où faire bouger nos perceptions. Et si elle ne prétend pas pouvoir amortir tous les chocs de la vie ou de l’amour, cette alliance fragile et délicate, expérimentée au cœur d’une communauté, envisage la possibilité que le théâtre, lieu des illusions, puisse nous faire aller mieux.

[1] Ces propos d’Olivier Maurin sont extraits de la note d’intention du programme de salle du spectacle diffusé par le TNP.

[2] Propos extraits des remarques de Mickaël Pinelli au cours de la discussion. Pauline Picot rappelle en outre que la chorégraphe Catherine Contour, dans ses exercices d’auto-hypnose à destination de danseurs, recommande de boire un verre d’eau après chaque temps de pratique. Comme si cette action anodine, quotidienne et néanmoins vitale pouvait participer d’un certain soin envers notre corps, qui impliquerait la mobilisation de l’outil hypnotique, que ce soit le temps de la pratique solitaire et quotidienne, dans le temps de la thérapie, ou bien dans le temps de la représentation théâtrale.

[3] Les œuvres complètes de Sandor Ferenczi ont été publiées chez Payot ; voir Psychanalyse. Œuvres complètes, I, II, III et IV, Paris, Payot, 1990. On pourra notamment lire en poche Le Traumatisme, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2006; et les ouvrages de Jacqueline Garnier-Dupré, Sándor Ferenczi. Entre tendresse et passion, coll. L’œuvre et la psyché, Paris, L’Harmattan, 2012 ou de Pierre Sabourin, Sandor Ferenczi, un pionnier de la clinique, Paris, Campagne Première, 1985 (rééd.2011).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.