Sur le seuil – Cabinet de curiosités hypnotique

Réalisé par les étudiants en lumière (1ère et 2ème année), sous la responsabilité de Christine Richier (co-responsable du Département Lumière à l’ENSATT)

Compte-rendu réalisé par Adeline Thulard

C’est intrigués que nous entrons dans un petit salon un peu vieillot mais visiblement confortable, après avoir parcouru un couloir où se multiplient les affiches des plus grands hypnotiseurs de spectacle du XIXe siècle. On nous invite à nous asseoir, un petit panneau explicatif – nous en trouverons d’autres à chaque installation –  indique qu’il s’agit là d’une tradition russe : avant de partir en voyage, une fois que les valises sont prêtes, il est bon de s’asseoir quelques minutes pour penser à ce qui va venir. Ce seuil qui nous est proposé, entre le dehors et les petits espaces du dedans qui divisent la pièce, peut être tout aussi agréable à traverser à la fin du parcours, pour reposer nos sens quelque peu bouleversés.

 

D’une hypnose à l’autre : jeux perceptifs

Car c’est bien sur la perception (principalement visuelle et auditive, mais aussi tactile), et sur ses limites ou ses prolongements, que jouent les univers dans lesquels nous sommes invités. L’espace est délimité en plusieurs zones où nous expérimentons des temps de contemplation rêveuse ou, au contraire, de sollicitation perceptive extrême. Aux antipodes de la salle, deux installations se répondent ainsi : dans la première, une goutte d’eau tombe régulièrement dans un petit bac dont l’image se reflète sur un écran blanc, illuminé en partie de rouge. L’image qui nous fait face est apaisante, le bruit de l’eau résonne et les ondes qui se dessinent sur la surface ouvrent des espaces immenses et variés, où nos yeux se promènent. Le temps s’arrête, un instant… À l’autre bout de la pièce, l’« hypno-cyclo » : un écran nous fait face, éclairé par des projecteurs qui créent des formes devant nos yeux. Des cercles, principalement, se transformant parfois en globes oculaires. Les couleurs se succèdent rapidement et la musique, dans les casques sur nos oreilles, est relativement agressive. Nous ne savons plus bien ce que nous voyons ou non, ce qui est réel ou ce qui reste (par le phénomène de la persistance rétinienne). Loin de la contemplation de la petite goutte d’eau, ici les formes et les couleurs nous envahissent et ont des conséquences physiologiques diverses sur les spectateurs (je ressors personnellement quelque peu nauséeuse), qui sont dans tous les cas immergés dans ce qui leur est proposé. Nous voyageons avec ces deux installations aux antipodes du cabinet comme de divers paradigmes hypnotiques et traversons des états de conscience divergents, les installations captant notre attention par la rêverie ou par la mise en place d’un régime plus « épileptique ».

Nombres de propositions nous invitent à brouiller nos seuils de perception : un casque nous fait d’entendre deux sons à la fréquence identique, un dans chaque oreille, que notre cerveau, incapable de fusionner, convertit en une modulation auditive qui n’existe pas ; sous une petite tente à songes, des mots sont chuchotés à notre oreille, poèmes au sens flottant et évocateur, pendant que nos yeux créent des sillons et des chemins dans un papier brillant rendu mouvant par de petites lumières bleues. Autres illusions donnant lieu à des créations cérébrales incontrôlées : la dreambox est une sorte de photophore géant avec des trous à intervalles réguliers qui pivote sur un tourne-disque pendant que nous entendons, à la même fréquence, une musique dans un casque. Nous la regardons les yeux fermés et nous voyons des couleurs diverses, des motifs multiples jusqu’à ce que, pour certains, des profondeurs se dessinent et, peut-être, des parcours imaginaires. C’est les yeux fermés également que nous nous positionnons entre deux grosses rampes de projecteurs formant un triangle : le jeu des lumières sans changement de couleur, et leur alternance avec le noir créent ici aussi un phénomène de persistance rétinienne où, pour nous, les couleurs se multiplient et les distances se dilatent (je constate, après un certain temps, que je tangue sur moi-même, mais ce mouvement est plutôt agréable et rassurant).

D’autres voyages nous sont proposés, ludiques et perturbants : le double-miroir sans tain où, face à face, en baissant ou en montant l’intensité de la lumière, nos visages finissent par se confondre ; l’hallucinoscope, trajet à parcourir avec un miroir positionné perpendiculairement à notre visage, sous les yeux, pour voir tout ce qu’il y a au plafond – des escaliers y sont placés, des obstacles divers dont nous avons l’impression qu’ils sont au sol et que nous cherchons à éviter.

 

Qu’avons-nous vu ou entendu ? Pas tous la même chose…

Nous sortons quelques peu perturbés et déplacés de ce cabinet, nos sens sur-sollicités et légèrement fatigués ! Nous avons vu les yeux fermés et nous nous interrogeons sur les potentielles ramifications de ces expériences au théâtre. Comme le suggère Mireille Losco-Lena, un théâtre pour yeux fermés pourrait-il exister puisque l’on peut avoir tant de perceptions sensorielles sans les ouvrir ?

Ce qui est sûr, c’est que nous touchons du doigt, ou de la rétine, quelque chose qui effleure l’hypnose contemporaine sans se confondre avec elle. Quelque chose qui pourrait plus se rapprocher de certaines méthodes d’induction où le thérapeute nous amène à perdre nos repères. Ghislaine Drahy (metteure en scène) évoque la façon dont, face à l’hypno-cyclo, elle s’imagine et se perd dans une forêt. Nous retrouvons ici l’ouverture caractéristique de l’état hypnotique où notre esprit crée des images par libre-association : « L’hypnose se révèlerait comme une introduction au pouvoir d’imaginer, c’est-à-dire de transformer la réalité qui s’impose[1] ». Lors de la discussion qui suit l’expérience, Nathalie Plasson rappelle d’ailleurs que l’hallucination joue un rôle important dans l’hypnose, ce qui n’est pas sans faire écho aussi à ce que Joël Pommerat affirme sur son travail, comparant la perception en jeu dans ses spectacles à celle d’états altérés :

Comme la drogue sans doute. Sous l’effet de certaines drogues, la perception du réel est modifiée, ou plutôt on perçoit mieux certains détails. Ce qu’on ne percevait pas nous apparaît dans toute sa complexité, devient étrange. Non que la chose observée soit, en elle-même, étrange. C’est notre relation à elle qui redevient comme neuve et s’apparente à une découverte. Nous redécouvrons. [… Il s’agit donc de révéler, de réveiller, de nous restituer cette étrangeté. Cela en redonnant à voir et à ressentir des choses infimes qui font détail. Rouvrir des sensations, des sensibilités, rouvrir la perception[2].

Nous touchons là à un autre seuil, entre un jeu sur la perception, sur nos sens –  révélant ce que notre cerveau crée ou invente à partir du réel mais qui n’existe pas en tant que tel dans celui-ci – et l’imaginaire.

Ghislaine Drahy distingue bien les deux dans son expérience de l’hypno-cyclo : les formes, les lumières, la musique, amènent notre cerveau à créer des images qui se composent sous nos yeux sans y être, et notre imagination prend le relais de notre perception pour créer une sorte de dramaturgie des formes, inventant une forêt. La perception, comme l’affirme Claude Régy, est alors directement liée à l’imaginaire :

On a, à mon sujet, beaucoup parlé d’invisible. Je voudrais commencer par démythifier l’idée d’invisible. Un texte de Merleau-Ponty qui m’a beaucoup frappé dit que l’invisible fait partie de l’acte de perception parce que nous ne pouvons jamais voir un objet dans toutes ses perspectives. Nous imaginons ce que nous ne voyons pas à partir de la mémoire. Dans la perception interviennent donc déjà la mémoire et l’imagination, c’est-à-dire les deux forces qui nous animent dans n’importe quel acte artistique[3].

 

 

[1] François Roustang, Qu’est-ce que l’hypnose, Paris, Éditions de Minuit, 1994, p. 17.

[2] Joël Pommerat et Joëlle Gayot, Troubles, Arles, Actes Sud, 2009, p. 48.

[3] Claude Régy, « Faire vivre la mort dans la vie », in Alternatives théâtrales n°99, « Expériences de l’extrême », 2008, p. 23. Je remercie ici Mireille Losco-Lena qui m’a transmis ces deux dernières références pour nuancer la réflexion sur les rapports entre hypnose, imaginaire et perception.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.