Rêver peut-être. Rencontre avec Joris Lacoste à l’ENSATT

Compte-rendu rédigé par Pauline Picot

Sleep.
Sleep.
Focus only on my words.
Focus only on my voice.
And go deep into sleep.
Sleep.
Sleep.
Go to sleep.
Deeper to sleep. Just relax.

Cette rencontre commence comme une petite forme. Joris Lacoste, à l’aide d’un imposant dispositif sonore, fait entendre à l’assistance un extrait de Stop being lazy, méthode hypnotique de Randy Thomas qu’il a découverte en 2004 lors de ses recherches pour L’Encyclopédie de la parole. Guidé par cette voix douce et impérieuse, le public se laisse glisser dans l’univers de Joris Lacoste. Celui-ci dit avoir été immédiatement sensible à ce genre de matériau ; à ses effets de variations, de combinaisons, qu’il rapproche de la poésie de Gertrude Stein. Il part à la recherche d’autres enregistrements dont Internet lui fournit de très nombreuses occurrences : exercices de relaxation, de sophrologie ou d’auto-hypnose proposant d’arrêter de fumer, de perdre du poids, d’augmenter en charisme ou de résoudre ses problèmes de façon créative. Leur forme, très particulière, le séduit.

This light fills my body and mind
I sense the light concentrating around my heart area
An aura of bright white light
And I am totally protected
Totally protected from all things seen and unseen

La parole de Joris Lacoste est trouée de voix mystérieuses qu’il fera entendre tout au long de la rencontre. Ces enregistrements étonnent, amusent et effraient par leur étrangeté. Entre 2004 et 2005, Joris Lacoste en écoute un grand nombre, auquel il avoue avoir été sensible. Au-delà des nombreux clichés préconçus sur le sujet – qui associent l’hypnose à l’occultisme ou à l’univers du Music-Hall – il entreprend de s’intéresser de plus près au phénomène hypnotique, lisant des ouvrages théoriques et pratiques, rencontrant des chercheurs et consultant des hypnothérapeutes. Il en vient ainsi à une définition plus précise de l’état hypnotique, état intermédiaire entre veille et sommeil dans lequel sont rendus possibles des phénomènes physiques et psychiques : modification de la sensibilité nerveuse, de la pression artérielle ou du rythme cardiaque, paralysie, brûlures, bronzage, vitalité capillaire… Il annonce tous ces prodiges avec un masque indéchiffrable, une tonalité pince sans-rire qui conserve le mystère intact.

Nous savons qu’un problème a surgi dans votre existence
Que vous essayez de le résoudre
Et que cette stratégie pourrait vous être utile pour y parvenir
Tandis que vous laissez votre conscient s’interrompre
Comme lorsque vous abandonniez le puzzle

Ce qui l’intéresse assez vite, c’est la possibilité d’une application artistique à l’état hypnotique. Guidé par des intuitions, il satisfait son besoin d’expérimentation sur des amis bienveillants qui se portent volontaires. C’est ainsi que, de 2005 à 2009, Joris Lacoste s’auto-forme à la pratique de l’hypnose à travers des enregistrements, des méthodes détaillées qui présentent la rhétorique de l’induction hypnotique (phase d’endormissement précédant la phase de suggestion). Il pratique alors une hypnose proche de l’hypnothérapie actuelle, héritée de la pratique de Milton Erickson (1901-1980), dans laquelle le sujet endormi est guidé tout au long de la séance par une voix lui proposant un récit ouvert que l’imaginaire du sujet va venir interpréter. Il dit préparer ses séances comme il préparerait une performance ou un spectacle : il « écrit un texte, l’apprend et le répète, puis l’interprète » devant ses amis hypnotisés. Une fois ramenés à leur état de conscience, ceux-ci sont amenés à raconter ce qu’ils ont vu. Et à chaque séance, le résultat est « extraordinaire et inattendu ». Ce que les sujets disent est  « précis, vivant, intense, coloré, incarné, surprenant, vivace. Concret et merveilleux. » L’hypnose peut susciter des visions plus précises que les rêves, et dont on se souvient également avec plus de précision. Des visions dont le potentiel évocateur semble propice à un usage artistique.

Je suis la vague.
Je suis obligé de péter un barrage.

En hypnose, la parole a ceci de fascinant qu’elle est littéralement agissante, active et non plus représentative. Elle produit un effet sur le sujet : la fabrication d’images concrètes, « éprouvées, visitées ». Les mots, en hypnose, sont comme des drogues hallucinatoires, explique Joris Lacoste, citant Rudyard Kipling, pour qui « les mots sont la plus puissante drogue utilisée par l’humanité ». Les mots, en hypnose, sont un outil modeste mais puissant : ils donnent naissance à un imaginaire détaillé qui prend parfois du temps à se composer mais finit toujours par créer des visions surprenantes. Joris Lacoste en joue, lui qui offre à ses sujets de s’incarner ou d’emprunter le corps d’un autre, qui leur propose des énoncés vagues, ambigus ou paradoxaux pour voir comment leur esprit va s’en accommoder et ce qu’il va créer avec.

Ils sont tous en uniforme
Et puis après PAF ils étaient tous habillés de blanc
Et puis après PAF ils étaient tous avec des ailes

Joris Lacoste est séduit par l’inventivité hypnotique, qui réside dans le fait de résoudre par l’imagination créatrice un problème apparent posé par l’extérieur. Il propose ainsi à ses sujets d’être un doute, une saison ou une heure de la journée, leur soumet des citations de Mallarmé ou Rimbaud et observe les images qui en naissent. Certains sujets sont actifs et fabriquent leur cheminement d’images en ignorant certaines suggestions ; d’autres se laissent guider et se les approprient en les interprétant.

J’ai pris la place de ce type et je l’ai mis dans le congélateur
C’est pour ça que je vais dans la chambre froide
Pour vérifier qu’il y est toujours
C’est pour ça que je viens là

Le récit hypnotique qui guide le sujet possède ses contraintes d’écriture propres : il doit être ouvert aux sens propre et figuré pour le laisser s’emparer spontanément des énoncés. Il doit accompagner le rêveur, le laissant libre mais veillant à ce qu’il ne s’éloigne pas trop de la narration proposée. Il doit mêler le particulier au général, pour favoriser la fabrication d’images « sans conflits » intérieurs, où le récit hypnotique et l’imaginaire du sujet en viendraient à discorder.

Un homme assis à une table
Il a que des moignons
Il a une chope de bière devant lui
Il se demande comment il va la boire
Je sais pas pourquoi c’est une œuvre

Les restitutions de ces séances sont un matériau unique. L’objet à chaque fois obtenu est le fruit de deux imaginaires ; le récit de Joris Lacoste et l’interprétation des sujets, dont le voyage hypnotique apporte une « plus-value de fiction » à la trame proposée. Le sujet se saisit du texte à la manière d’un acteur, développant en hypnose une grande liberté imaginative – bien loin des clichés de contrôle, de manipulation et d’autorité généralement accolés à l’hypnose. Le résultat des séances est objet hybride : rêve à deux, œuvre à deux, qui pose la question de l’auctorialité dans le dispositif hypnotique.

Je rentre dans une cuisine
Beaucoup de marmitons, beaucoup d’employés
Qui font des sauces dans tous les sens
Qui font des compotes, qui battent des crèmes
Ils se montent les uns sur les autres
Ça semble être une énorme caricature de cuisine
Parce qu’apparemment, ils font pas grand-chose.

La parole recueillie possède, quant à elle, une qualité formelle unique et précieuse. Elle propose un contenu absolument fictionnel et présente pourtant le naturel d’un témoignage documentaire.

En 2009, Joris Lacoste propose un substrat de ce travail dans une pièce radiophonique diffusée sur France Culture le 29 mars 2009 : Au musée du sommeil.

 Dans un second temps créateur, l’artiste décide de considérer le dispositif hypnotique comme une performance à part entière. Puisque l’hypnose propose une expérience à un spectateur dont l’état de conscience est modifié – mais qui n’en demeure pas moins spectateur – Joris Lacoste décide donc de proposer la séance d’hypnose comme une performance. Elle sera l’œuvre dont l’hypnotisé sera à la fois l’acteur et le spectateur. Elle sera un objet artistique unique existant dans l’esprit d’une personne. En 2010, il propose, dans le cadre du Printemps de Septembre à Toulouse, Le Cabinet d’hypnose (Bestiaire). Son installation présente vingt-deux restitutions de séances dans lesquelles les sujets entrent dans la peau d’un animal.

Le Vrai Spectacle (2011) propose l’aboutissement d’un rêve de metteur en scène : la production d’un spectacle mental. L’objectif : mettre à la disposition du spectateur tous les moyens du théâtre – scénographie, lumière, son, musique, texte – pour lui proposer de rêver son propre spectacle imaginaire à partir d’une trame narrative. Le « vrai spectacle » – que chacun produit mentalement – se distingue alors du spectacle réel, qui n’est plus que la matrice scénique d’innombrables rêves. Cette forme constitue l’aboutissement de la recherche artistique de Joris Lacoste en lien avec le dispositif hypnotique.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.