Un trois de pique sur une chaise

Photographie : Dominique Gauchon

Rencontre et workshop avec Rémy Berthier
26/02/17
par Pauline Picot

Pourquoi inviter un magicien dans le cadre du projet Hypnose ? En octobre 2017, pour notre premier séminaire prospectif, nous avions choisi d’accueillir Raphaël Navarro, magicien au sein de la compagnie 14:20. Nous avions établi ensemble qu’hypnose et magie, bien que se situant en des endroits différents, reposaient toutes deux sur une attitude de réceptivité, sur l’acceptation d’un scénario proposé. Au fil du projet Hypnose, nous avons, depuis lors, croisé à plusieurs reprises la notion d’attention qui se trouve au cœur de nombreuses interrogations. L’état hypnotique que l’on peut ressentir lors de certaines propositions théâtrales est-il un surcroît d’attention, ou un relâchement complet ? Est-il concentration ou déconcentration, connexion ou déconnexion ?  Or, nulle autre pratique que la magie – et son avatar psychique, le mentalisme – ne travaillent aujourd’hui autant sur et avec l’attention.

Rémy Berthier est magicien et mentaliste. Il a travaillé pendant plusieurs années au sein de la compagnie Le Phalène, et après son premier spectacle On ne bouge plus (2014), il crée Puzzling (2015), une revisite amusée des grands classiques de magie et de mentalisme. Il travaille également en étroite collaboration avec des compagnies de spectacle vivant, et a ouvert en 2017 son cabinet d’hypnose ericksonienne. Homme-orchestre, généreux de sa personne, il débrouille avec nous les divers fils de ces pratiques qui questionnent notre réalité subjective et les techniques qui existent pour la transformer. Extraits.

*

Pauline Picot : Avec toutes tes activités, comment te définirais-tu aujourd’hui ? Comme un magicien ? Un mentaliste ? Un hypnothérapeute, un hypnotiseur ?

Photographie : Marine Poron, 2015

Rémy Berthier : Ce qui est sûr, c’est que ces différentes casquettes ne sont pas évidentes à porter en même temps ; notamment celle d’hypnothérapeute et de magicien. D’autant plus que lorsque j’ai ouvert mon cabinet il y a six mois, je ne l’ai pas fait dans une optique philanthropique mais, assez égoïstement, pour poursuivre ma recherche sur l’hypnose avec des personnes qui ne venaient pas du milieu spectaculaire (et qui auraient donc été prêtes à accepter d’avance mes propositions). Dans mon cabinet, je reçois donc des gens dans un contexte de thérapie. Lorsque je leur précise que je suis également magicien, cela active forcément des associations d’idées autour de l’hypnose de spectacle… Pour que les gens me fassent confiance il faut, au préalable, avoir désamorcé un certain nombre de freins. Ce qui correspond à la manière dont je conçois la magie et le mentalisme : en spectacle, je dis ce que je fais. Je ne fais pas croire aux gens que j’ai des pouvoirs, et ils ne peuvent en aucun cas être tentés de venir me voir à la fin pour me demander de les guérir… Je désamorce donc cette croyance en spectacle aussi bien qu’en cabinet. D’autant plus que l’hypnose est majoritairement conçue, aujourd’hui, comme une autohypnose : le sujet accède lui-même à un état dans lequel l’hypnothérapeute ne fait que l’accompagner en lui donnant des outils. L’hypnothérapeute n’a pas le pouvoir sur lui, ne le maîtrise en aucun cas. Mes deux activités me semblent donc compatibles, mais elles sont attachées, dans la culture des gens, à des représentations imaginaires ; il faut donc désamorcer au préalable les préjugés et les idées préconçues. Je considère de toute façon ma casquette de praticien comme un passage temporaire ; rencontrer plein de cas différents et être le spectateur des changements personnels que les gens s’autorisent avec l’hypnose.

P.P. : Depuis le début du projet Hypnose, nous approchons ces trois pratiques de façon périphérique ; elles se font écho sur certains points. Or nous t’avons invité notamment parce que tu exerces les trois. Quel lien ferais-tu entre magie, hypnose et mentalisme ? Est-ce leur nature d’outil, de technique ? Est-ce que ce sont différents langages ?

R.B. : Et si je commençais d’abord par les définir ? La magie, d’abord. La magie repose sur l’illusion. Or pour moi – contrairement aux spectateurs qui viennent me trouver en fin de spectacle pour me dire qu’ils ont retrouvé leur âme d’enfant – l’illusion que l’on y trouve est dangereuse. C’est le mirage qui me fait croire qu’il y a de l’eau dans le désert, l’écho qui me fait espérer que je ne sois pas seul, le mythe du visage reflété dans l’eau… L’illusion n’est pas bénéfique a priori à l’être humain. Le magicien joue avec cet outil dangereux, par lequel il crée une réalité qu’il impose au spectateur. La magie repose également sur le mensonge : le magicien fait croire aux autres quelque chose qui n’existe pas. Lui n’est pas dans le mystère ; il possède des techniques d’illusions à revendre, mais ne supporte pas d’être illusionné. Ce qu’il veut, c’est connaître le secret pour illusionner à son tour. Le magicien est donc celui qui s’approprie le secret et le fait sien pour le présenter à ceux qui ne le connaissent pas. La magie a donc partie liée au phénomène de castration, car le magicien suscite le désir de comprendre tout en privant les spectateurs de la révélation finale.

Le mentalisme, ensuite. Si le magicien manipule des objets, le mentaliste donne l’impression de manipuler des pensées – tout en utilisant les mêmes outils que le magicien. Le mentaliste travaille sur le détournement de l’attention et le cadrage de l’information ; et parce qu’il donne l’impression de pouvoir prévoir des choix ou des décisions, le phénomène de croyance qu’il suscite chez les gens est beaucoup plus puissant qu’en magie. En magie, on suspecte toujours qu’il y a un « truc ». Mais lorsqu’on vous révèle le prénom auquel vous pensiez, vous avez la sensation que des techniques beaucoup plus complexes sont en jeu. L’application de techniques de magie à tout un imaginaire du psychisme et de l’identité crée beaucoup plus de croyance que la magie visuelle. Et ce qui est intéressant avec le mentalisme, c’est que chacun va employer ses croyances personnelles à justifier les phénomènes qu’il ne peut expliquer : mécanismes psychologiques, communication non-verbale, passage de fluide…

L’hypnose, enfin. En magie, on utilise du faux pour créer une réalité. En hypnose, on imagine vraiment des choses pour les rendre réelles. Là où, en magie, on cache les ficelles de ce que l’on fait, en hypnose on s’autorise à expliquer le processus : on annonce, on explique, et ça marche quand même. L’hypnose n’a pas besoin de mystère. En hypnose, on invite une personne à s’autoriser un espace de liberté pour remettre en question ses certitudes, transformer ses croyances. Mais là où le magicien impose ces changements de perception, le sujet en hypnose le fait lui-même. L’hypnotiseur n’est là que pour inviter la personne à changer elle-même de point de vue sur le réel, dans un moment ritualisé. En cela, il s’agit peut-être de théâtre pour un seul spectateur… un rituel assez fort pour que l’on y croie suffisamment et que ça le rende réel.

P.P. : Tu as déjà proposé, avec Nicolas Marsal, des formes d’hypnose en « cabinet déambulatoire », mais jamais en spectacle. Est-ce parce que tu refuses d’alimenter cette image d’une hypnose spectaculaire qui se fait dans un rapport de pouvoir sur le public ? 

R.B. : La démarche de Joris Lacoste mise à part, les formes qui mêlent aujourd’hui hypnose et spectacle se cantonnent à des processus d’humiliation voyeuristes : on regarde des gens se ridiculiser sur scène tout en se disant qu’on ne se mettrait jamais dans un état pareil. Mais lorsqu’on ôte la dimension spectaculaire de l’hypnose… c’est effectivement moins spectaculaire. Du coup, je suis en recherche pour la prochaine forme que je souhaite faire autour de l’hypnose… Je n’ai pas encore la bonne manière de me saisir de ça. Ce qui est sûr, c’est que l’hypnose est plus passionnante à expérimenter qu’à observer ; si l’on ne mène pas, comme le fait Joris Lacoste, un travail sur la parole, le rêve, la narration issue de l’expérience hypnotique, le simple fait de voir quelqu’un en train d’être hypnotisé n’est pas particulièrement passionnant… Par ailleurs, pour moi, l’hypnose doit en plus être adaptée à la personne, à son imaginaire… Ce qui limite donc sa portée collective : si on propose le même script à tout le monde, la moitié des gens peut passer à côté et ne rien vivre pendant toute la durée du spectacle. Il faudrait donc trouver une forme d’hypnose spectaculaire collective sans rapport de pouvoir, mais qui reste inclusive et permette une expérience personnelle.

Mireille Losco-Lena : Il me semble que la conception d’une hypnose adaptée à un imaginaire singulier est héritée de l’hypnose ericksonienne… Lorsque Freud écrit sur l’hypnose, on la pense alors en regard des phénomènes de foules : l’état de transe, créé par le meneur de foules, ne vise alors pas à l’épanouissement d’un imaginaire singulier mais à la soumission collective des imaginaires à la figure du chef de la horde primitive. L’hypnose collective actuelle serait donc toujours liée à cette idée de manipulation par une figure de pouvoir, tandis que l’hypnose individuelle serait davantage du côté du développement personnel.

P.P. : Lorsque tu étais en compagnonnage avec la compagnie Le Phalène, tu as travaillé avec des artistes aussi divers qu’Yves-Noël Genod, Jade Duviquet ou Michel Laubu… Que t’ont t’ils apporté ?

R.B. : J’ai vécu ces moments comme des expériences, dans l’idée de confronter des visions, des univers, mais sans but utilitaire, sans me dire que j’allais nécessairement intégrer ce que je découvrais à ma pratique. Comme le dit Michel Cerda, metteur en scène avec lequel j’ai travaillé, il s’agissait de « prendre le temps de la promenade » : s’autoriser, dans des temps très cadrés, à aller dans des univers où on ne serait jamais allé.

*

Prendre le temps de la promenade, c’est exactement ce que nous avons fait ensuite avec Rémy Berthier, qui nous a proposé un temps de workshop articulé autour de plusieurs techniques. Il a d’abord rassemblé les participants du séminaire en un public de spectacle, par le rituel collectif dit du test de réceptivité. Puis il nous a engagés dans plusieurs expériences de mentalisme – dont il nous a dévoilé les mécanismes, nous montrant effectivement que l’explication de phénomènes déroutants ne correspondait jamais aux croyances par lesquelles on s’efforçait de les justifier. Enfin, nous avons exploré des techniques communes à la magie et à l’hypnose, à travers des exercices sur les mouvements idéomoteurs – ces mouvements musculaires inconscients caractéristiques du sujet hypnotisé, et qui peuvent également être le ressort de tours de magie (lorsqu’un pendule donne l’impression de vous obéir, ou que vous ne pouvez plus lâcher un objet) et le yes set – ce phénomène de ratifications successives commun au déroulement du tour de magie et de la séance d’hypnose.

Le détour par la magie pour appréhender l’hypnose et, ce faisant, pour questionner notre attitude de spectateur, permet de mieux comprendre où se situent chez nous la croyance, la fascination, le désir d’être mystifié ou les attentes spectaculaires.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.