Rêver peut-être (suite). Echanges avec Joris Lacoste

Compte-rendu rédigé par Pauline Picot

Question : Comment accompagne-t-on un sujet en hypnose ?

Réponse : Joris Lacoste pratique une hypnose ericksonienne proche de l’hypnothérapie actuelle, dans laquelle il accompagne le sujet par le récit tout au long de la séance. Il prend soin de créer une distance avec ce sujet, un pare-feu fictionnel qui l’empêche de vivre une expérience trop personnelle – qui peut devenir désagréable.

Question : Peut-on se réveiller au milieu d’une séance ?

Réponse : Cette expérience ne s’est produite qu’une seule fois ; un sujet avait omis d’indiquer une phobie à Joris Lacoste, et s’est réveillé en plein récit à cause d’une suggestion en lien avec cette phobie.

Question : Et si l’on ne comprend ou ne conçoit pas ce que l’on nous suggère ?

Réponse : Cela fait partie des contraintes d’écriture de la séance hypnotique : il faut s’assurer que les gens vont connaître les mots et les suggestions qu’on leur propose. Si tel n’est pas le cas, les sujets s’arrangent de toute façon des suggestions en faisant des transpositions d’images.

Question : La restitution de la séance par un sujet se fait-elle de manière fluide ?

Réponse : Non, il faut constamment relancer le sujet dans le récit de ce qu’il a vécu en hypnose. Il faut tirer le fil, tenter de faire restituer au sujet cette expérience ; souvent à partir de mots qui font ressurgir les souvenirs.

Question de Thierry Parriente : Peut-il y avoir un risque que le sujet ne soit pas effectivement hypnotisé mais invente, après-coup, un rêve qu’il n’a pas vécu ?

Réponse : Ce sont des choses que l’on peut sentir en tant qu’hypnotiseur ; la restitution d’une expérience hypnotique présente toujours une forme de précision et de naïveté. Et elle présente par ailleurs une sobriété et une économie reconnaissables : elle est dépourvue d’effets.

Question de Bruno Meyssat : Ne serait-ce pas, dans la restitution de l’expérience hypnotique, le dépliement de la parole qui crée l’image ? Il se produirait alors, dans la restitution d’une séance, ce qui se produit avec le récit d’un rêve : les détails s’éclairent à mesure qu’on le raconte, ce qui fait également partie de la production imaginaire…

Réponse : Dans la restitution hypnotique, des choses se déplient effectivement tandis que d’autres s’ajoutent ; le récit entraîne une déformation du souvenir… Mais c’est le propre du récit que de restituer et trahir par la narration elle-même. Cette autonomie créatrice tient également à la familiarité que l’on a avec le processus hypnotique ; au bout d’un certain nombre de séances, on développe une plus grande capacité à maîtriser la narration, à l’interpréter.

Question de Bruno Meyssat : Le spectacle théâtral propose un objet à un spectateur. Le processus hypnotique propose un outil qui rend la réception du spectateur extrêmement fertile. Comment rabattre les deux gestes, et faire qu’un spectacle réel bénéficie de l’expérience hypnotique acquise par Joris Lacoste dans son travail ?

Réponse : Joris Lacoste a récemment accompagné Rodolphe Congé dans sa création Rencontre avec un homme hideux. Ensemble, ils ont réemployé la grammaire hypnotique de la narration-suggestion, s’interrogeant sur le pouvoir évocateur du mot et du rythme.

Question de Bruno Meyssat : Dans un spectacle réel, pourrait-on imaginer que des actes aient la même puissance, la signifiance que ces mots suggestifs ?

Réponse : Oui ; dès que la notion de répétition ou de séquence entre en jeu, quelque chose d’hypnotique se déploie. Le son, la musique peuvent par exemple posséder une qualité hypnotique.

Question de Thierry Pariente : L’hypnose ne fonctionnerait-t-elle pas, telle une drogue, comme amplificateur de ce qui est déjà là ? En effet, la disponibilité du spectateur de théâtre peut le faire parvenir à un état modifié sans outillage extérieur ; l’hypnose apporte-t-elle véritablement quelque chose de supplémentaire à cette posture de disponibilité ?

Réponse : On peut être en état d’hypnose à la vue d’un spectacle de théâtre ; il y a effectivement ce continuum de disponibilité entre les deux positions. La différence réside toutefois dans la perte de conscience, en état d’hypnose, du signifiant. On se met à rêver de quelque chose qui ne fait plus lien avec ce qu’on entend ; la machine devient autonome et ne propose plus de conscience critique. Ce qui est, évidemment, problématique pour l’art dont la réception suppose cette même conscience critique ici suspendue. C’est la limite même du dispositif hypnotique qui abolit le jugement artistique ; limite dont Joris Lacoste est conscient puisqu’il assume, avec Le Vrai Spectacle, de pousser le geste au bout de son ambiguïté.

Question de Mireille Losco-Lena : Au théâtre, ne vit-on de toute façon pas d’expérience hypnotique par intermittence ? Le spectateur connaissant des moments où son imaginaire est complètement ouvert à la suggestion, et des moments où sa conscience critique reprend le dessus ; ce qui fait la richesse de l’expérience esthétique.

Réponse : Effectivement ; le propre de l’expérience hypnotique étant de produire un état d’ouverture en continu.

Question : L’acteur pourrait-il nourrir son rôle d’expériences hypnotiques, dans la mesure où celles-ci proposent une abolition du regard sur soi et une certaine forme de naïveté créatrice ?

Réponse : Ce n’est pas quelque chose que Joris Lacoste a travaillé, bien qu’il soit conscient de l’intérêt de l’hypnose comme outil créateur. Par ailleurs, il n’avait pas non plus envie de mettre l’hypnose en spectacle, transformant le procédé en sujet pour une pièce. Il a plutôt préféré employer l’hypnose comme dispositif de relation, posant la question de la réception modifiée d’un texte en hypnose.

Question de Thierry Pariente : Joris Lacoste se considère-t-il comme l’intercesseur entre le spectacle et le spectateur ?

Réponse : Joris Lacoste s’est attaché à dépersonnaliser la figure de l’hypnotiseur qui avait pris, dans la tradition du Music-Hall ou de la foire, une aura charismatique. Il a souhaité, au contraire, révéler un dispositif plutôt que de mettre en avant une personnalité.

Témoignage d’un spectateur du Vrai Spectacle : Un intérêt du Vrai Spectacle réside dans un effet de flottement au début de la pièce : on ne sait pas si la personne qui présente le dispositif au spectateur est le metteur en scène ou le fameux hypnotiseur… Et lorsqu’on comprend que le procédé hypnotique a déjà commencé, on plonge avec euphorie dans l’expérience. Le spectateur témoigne également d’un réveil brutal en cours de spectacle, à la suite duquel il a vécu la représentation comme un cauchemar éveillé.

Réaction : Il y a effectivement eu des réactions de réveil communes à certains spectateurs, souvent relatives à l’usage de certains sons. Ces réactions ont été prises en compte pour travailler à garder les spectateurs en sommeil pendant tout le spectacle.

Question de Bruno Meyssat : Qu’est-ce que l’auto-hypnose ?

Réponse : Ce n’est pas différent de ce que proposent des techniques de relaxation ou de concentration ; l’esprit divague et se laisse aller à faire des associations. L’expérience n’étant pas guidée, elle se rapproche donc de la méditation. Mais Joris Lacoste dit préférer l’hypnose à deux, qui instaure un rapport dialectique dont la principale richesse est d’emmener le sujet dans des endroits où son inconscient n’irait pas forcément – ce qui est beaucoup plus créatif et stimulant que l’expérience d’auto-hypnose.

Question : L’hypnose est-elle une pratique addictive ?

Réponse : Il s’agit d’un état très agréable dans lequel le sujet vit une expérience plaisante. Mais ce n’est pas une pratique addictive en soi. Par contre, un hypnotiseur mal intentionné pourrait suggérer une forme d’addiction au sujet, lui indiquant son besoin de poursuivre la pratique hypnotique… C’est une question de positionnement éthique.

Question : Les sujets font-ils le récit de leur expérience immédiatement au réveil ? Certains sont-ils réticents à raconter ce qu’ils ont vécu ?

Réponse : Les sujets font leur récit immédiatement au réveil, et ils ne présentent aucune réticence à se livrer. Leur récit est spontané, fruit d’un rapport de confiance instauré préalablement entre les deux parties.

Question : Le sujet interprète-t-il après coup, comme dans un travail psychanalytique, ce qu’il a vécu en hypnose ?

Réponse : Si tel est le cas, cela ne se fait pas en présence de l’hypnotiseur. Parfois, les sujets qui racontent leur expérience se posent effectivement des questions en cours de restitution. Hypnotiseur et sujet essaient alors d’interpréter les images nées pendant la séance.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.