En sortant de “Jaguar”

Jaguar, de et avec Marlene Monteiro Freitas, Andreas Merk
Théâtre de la Bastille, Paris, 13 février 2018

par Manon Worms

« Invitée pour la première fois au Théâtre de la Bastille, Marlene Monteiro Freitas nous offre avec Jaguar un spectacle sans parole et hypnotique. » (Première phrase de la feuille de salle).

 

 

On attribue à Jaguar l’adjectif « hypnotique », et des visages grimés en singes nous captent à travers des vapeurs de fumée dès que les portes s’ouvrent, nous mettent à l’épreuve d’une ronde continue, épuisante et qui s’épuise, dans une forme de défiance à l’égard de notre perception. On découvre un corps féminin et un corps masculin, badigeonnés d’huile brillante et dont les tee-shirt blancs et vierges se maculent progressivement de traces ocres (à mi-chemin entre des animaux se roulant dans la poussière et des champions de Roland-Garros éclaboussés par la terre battue), de peinture verte, d’éclats de sueur. Jaguar dure 1h45, les deux interprètes n’y prononcent aucun mot, seul un son proche d’un cri ou d’un râle s’échappe de Marlene une seconde avant le noir final. Au volume extrême d’un extrait du Sacre du Printemps ou d’une musique issue du carnaval cap-verdien, ils répondent par des séquences de danse dévissée, mécanique, exaltée.

Il me manque définitivement quelque chose quand je vois ce spectacle ; j’éprouve ce manque de manière très présente et pourtant, j’ai bien aimé le voir, j’y ai trouvé un drôle de plaisir de spectatrice que j’aimerais bien comprendre. Je me suis laissée regarder les deux danseurs, leurs corps, leurs mouvements, leurs gestes, leurs rythmes, les plis de leur bouche, les reflets luisants sur leurs cuisses, leurs jeux avec quelques accessoires simples et dérisoires – serviettes de bain, silhouette de cheval en polystyrène. Fatiguée et l’esprit encombré en arrivant dans la salle, je traverse le spectacle dans un état flottant et j’en sors en me sentant beaucoup plus détendue. L’univers visuel, sonore et physique qui m’a été proposé ne m’a pas transportée ailleurs contrairement à ce que programmait la feuille de salle, mais m’a permis d’être « plus » là, de relâcher mes muscles, de maintenir mon attention à un niveau un peu en-deçà de ce que me demande le monde extérieur (faire attention en traversant la rue, répondre aux gens qui me parlent, regarder l’heure pour ne pas être en retard, écouter, parler, noter, manger, marcher, etc.). Les aigus étaient beaucoup trop forts et le spectacle sûrement trop long, mais j’y ai trouvé un temps intermédiaire, situé quelque part entre le degré zéro du réel et l’emportement extatique que peuvent susciter des spectacles, temps intermédiaire où se sont déployées des images à la fois assez vite limitées et pourtant très perturbantes. Temps brut du rêve vaguement raccroché par un bout de « je ne sais quoi » au réel, aussi brut que l’espace est vague et informe (moquette bleue râpeuse qui accroche les pas des danseurs et rappelle des salles de sport sans âme, néons à nu en angle droit qui encadrent un cyclo gris simplement là pour abriter cette gymnastique animale sans autre récit qu’elle-même). Ce spectacle me laisse un goût nouveau, à mi-chemin entre la déception et l’enthousiasme. La sensation d’être passée à côté d’une expérience qui cherchait l’extrême coexiste drôlement avec celle d’avoir plongé au centre même d’un état perceptif inédit. Je n’ai éprouvé ni sublime, ni dégoût, ni exaspération, mais mon regard a été alternativement très mou, passif, et très tendu, captivé, par ce qu’on lui offrait.

Comment définir cette expérience? Est-elle directement issue de cette qualité « hypnotique » prévue par la feuille de salle ? Ai-je ressenti quelque chose d’imprévisible, d’imprévu, qui touche précisément au déploiement de la sensibilité que permet cette entrée dans un état hypnotique ? Notre recherche autour de l’hypnose m’aide à ne pas nécessairement trouver de réponse fixe à cette question, mais à la laisser flotter, dériver, sereinement, dans un monde fragmenté et percé, celui de tous ces micro-états indéfinissables d’un sujet qui accepte d’entrer dans un espace pour y voir autre chose.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.