Un « théâtre de nuit » au Point du Jour

Compte-rendu rédigé par Pierre Causse

C’est dans le hall du Théâtre du Point du Jour que s’est tenu le séminaire Hypnose du 9 mai 2018, en compagnie de Pierre Ziadé, metteur en scène, Michel Maurer, concepteur son, et Alexandre de Dardel, scénographe et responsable de la formation scénographie à l’ENSATT. Tous trois ont encadré « l’atelier son/scénographie » réunissant les étudiants de 2eannée sur une période d’un mois, et dont l’aboutissement était présenté le surlendemain.

Initié il y a une vingtaine d’années par Daniel Deshays, et devenu une manière de rituel pédagogique au sein de l’ENSATT, l’atelier son/scénographie a pour originalité d’associer des élèves en son et des élèves en scénographie qui travaillent ensemble pendant un temps autour d’un projet commun. Alors que dans la plupart des productions théâtrales la scénographie s’élabore en amont, en dialogue avec le metteur en scène, et que la création du son n’est abordée qu’ensuite, il s’agit ici de concevoir ces deux aspects dans le même mouvement ; pour contrer une conception du sonore qui se réduise à une illustration, les étudiants sont invités à se demander : « Quelle est la part scénographiée par le son ? » (M. Maurer). Chaque année, un metteur en scène extérieur à l’ENSATT est invité à conduire l’atelier en lien avec les enseignants ; pour la session 2018, Pierre Zadié a été invité, et a proposé un travail autour de Le Navire Night, film de Marguerite Duras (1978).

Sous l’impulsion d’Alexandre de Dardel, l’atelier de cette année a permis d’articuler le projet pédagogique avec le programme de recherche Hypnose – interrogeant dès lors les frontières entre transmission et expérimentation. Ce mois de travail a ainsi pleinement relevé de la recherche-création, la recherche ayant fonctionné comme l’un des embrayeursde la pratique[1].

Invité à aborder la question de l’hypnose au cours de l’atelier, Pierre Zadié nous prévient : il se dit très réticent devant l’emploi de ce terme, car le mot même d’hypnose entraîne avec lui un « imaginaire très chargé », trop spécifique ou situé. Il lui préfère des termes plus neutres, plus adaptables comme ceux d’ouverture ou d’éveil. Ceci posé, Pierre Zadié a témoigné de sa curiosité envers la recherche en cours menée depuis janvier 2017 autour des dispositifs hypnotiques. La lecture des différents articles et billets d’HypnoScènes a été pour lui l’occasion d’une forme de reconnaissance : dans les réflexions et analyses sur la démarches des artistes dont nous tentons ici de rendre compte dans leur diversité, se dit quelque chose de semblable avec la dynamique de création qui l’intéresse. Le point de rencontre tient dans la considération de la « scène intérieure du spectateur », cette scène immatérielle qui « fait appel à quelque chose qui n’a plus rien à faire avec le voir » selon les mots de Pierre Zadié. La scène n’est pas ce quadrilatère où s’inscrit, cadré, le spectacle ; la scène est bien plutôt entre les choses, le produit d’une interaction. D’où cette question que se pose le metteur en scène, et qu’il a partagée avec les étudiants : comment « déchirer » quelque chose dans la matière, dans la scène, pour que s’ouvre un espace, offert au spectateur ?

Ainsi l’objet de l’atelier son/scénographie était-il dense ; il s’agissait pour les étudiants à la fois d’expérimenter un type de relation au spectateur et à la fois d’affronter le difficile texte de Duras pour la voix off de Navire Night. La séance de séminaire s’est trouvée être l’occasion de réfléchir à la démarche pédagogique mise en œuvre au cours de l’atelier. Était-il possible à la fois de mener des expérimentations, de travailler longuement dans le sensible, et d’élaborer une maquette correspondant à une hypothèse nette sur le texte ? Le centre de l’atelier, a-t-on noté un peu amusé, était alors peut-être la schizophrénie : présente dans Le Navire Nightoù l’image et le son sont radicalement dissociés et, en partie, dans la conception du parcours pédagogique. La place de la dramaturgie dans un tel processus a notamment été interrogée ; ou plus exactement, la nature du travail dramaturgique à mettre en œuvre. Quelle définition de la dramaturgie pour des formes dont le centre est moins un texte qu’un parcours sensible proposé aux spectateurs ? Dans cette écriture du sensible, la dramaturgie se place peut-être dans le travail des « sas », des entrées et des sorties d’un état à l’autre, « non plus dans la mise en scène du texte mais dans l’écriture du chemin de çapour le spectateur » (A. de Dardel).

Reste une question (heureusement) ouverte à l’issue de ce dialogue : quelle pédagogie inventer pour donner à des artistes en devenir les moyens de s’approprier ces réflexions, leur donner à la fois le goût de la recherche – cette quête du « bout du bout », où l’on ne sait pas quoi l’on va trouver, mais où l’on peut être certain qu’il se passera quelque chose selon Pierre Zadié – et dans le même temps transmettre des outils pour permettre aux élèves de forger leur métier ?

La pédagogie elle aussi se trouve affectée par la prise en compte de la « scène intérieure du spectateur ».

[1]Voir « La recherche au regard des pratiques théâtrales », introduction de Mireille Losco-Lena au volume collectif qu’elle a dirigé : Faire théâtre sous le signe de la recherche, Presses Universitaires de Rennes, 2017. Texte accessible en ligne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *