À trois vous vous réveillerez et vous vous souviendrez exactement de tout ce qui s’est passé

Retour bref sur la journée de clôture du projet de recherche-création « Hypnose »
ENSATT – 2017-2019

Pauline Picot

La journée de clôture du projet de recherche-création mené depuis trois ans à l’ENSATT par Mireille Losco-Lena et consacré aux dispositifs dits « hypnotiques » sur les scènes contemporaines a eu lieu le vendredi 8 novembre 2019.

Intitulée « Carnets d’hypnose », cette journée a permis, à la façon d’un carnet où l’on griffonne, note des pistes et rassemble des intuitions, de clore nos réflexions tout en maintenant ouvertes certaines perspectives de questionnement. Ce terme de « carnets » exprime également qu’il n’y avait aucun impératif, à l’occasion de cette clôture, à établir une somme conclusive des connaissances accumulées pendant trois ans ; il s’agissait plutôt de continuer jusqu’au bout à chercher, à s’interroger, à recouper nos « notes » sur le sujet.

Articuler ce dernier temps autour de propositions artistiques des étudiant.e.s de l’ENSATT, sur lesquelles divers répondants ont posé leur regard critique bienveillant, était un désir fondamental ; un geste synthétisant la démarche de ce projet de recherche-création qui a fait dialoguer, pendant trois ans, metteurs en scène, chorégraphes, universitaires, interprètes, hypnothérapeutes et magiciens.

Les participants à la journée ont d’abord eu le loisir de s’attarder dans le hall à la découverte d’une exposition créée par  Emma Merabet et Adeline Thulard (membres de l’équipe du blog Hypnoscènes), qui proposait des associations picturales synthétisant par l’image plus de deux siècles d’hypnose.

La journée a commencé par une ouverture chorale dans le hall de l’ENSATT proposée par les membres de l’équipe Hypnoscènes. Ceux-ci ont proposé un montage de textes extraits de ce blog qui documente le projet depuis ses débuts, faisant ainsi s’entrechoquer et résonner en échos sensibles certaines réflexions, intuitions et images ayant traversé le projet. Puis les participants ont été invités à s’installer dans le studio Jean-Jacques Lerrant où ils ont découvert Mélancolie dominicale, une première forme créée par les étudiant.e.s de l’ENSATT (en complicité avec le chorégraphe Ricardo Moreno) qui explorait les sensations de vertige, d’enivrement et de dérive créatrice générées par la solitude quotidienne. Cette forme a ensuite fait l’objet d’une discussion avec Jérémie Majorel (Université Lyon 2), Nathalie Nallet et Nathalie Plasson (hypnothérapeutes).

Les deux hypnothérapeutes, qui ont accompagné le projet « Hypnose » depuis sa création, ont ensuite proposé un retour à la fois théorique et expérientiel sur ces trois ans, insistant sur ce que la saisie de l’hypnose par le biais du théâtre avait pu déplacer et enrichir au sein de leur propre pratique thérapeutique. Cette intervention a été suivie d’une conférence de Céline Frigau Manning (Paris 8) intitulée « L’hypnose, un théâtre en musique ? Expérimentations cliniques et artistiques au XIXe siècle ». Celle-ci a proposé une traversée historique des modèles hypnotiques au prisme des entrelacs entre musique, hypnose et spectacularité.

La deuxième partie de la journée s’est ouverte sur une autre création des étudiant.e.s de l’ENSATT, Autopsie de l’intérieur, qui s’est intéressée, à partir de la mécanique hypnotique du récit de Shéhérazade dans Les Mille et Une Nuits, à une parole remontant des profondeurs du trauma pour s’exposer sans frein dans un phénomène d’abréaction cathartique. Un échange sur la forme avec Gabriel de Richaud (poète et hypnothérapeute certifié) et Laurent Gutmann (directeur de l’ENSATT et metteur en scène) a suivi, permettant de mettre en lumière les concepts proprement thérapeutiques à l’origine de cette création ainsi que ses enjeux spectaculaires.

Après un petit impromptu roustangien à nouveau proposé par l’équipe Hypnoscènes, Je suis le sentiment dans la chair, troisième forme scénique orchestrée par des étudiant.e.s de l’ENSATT (et du CFDD) a été présentée. Cette forme est revenue, par le biais chorégraphique, sur le modèle spectaculaire de l’hypnose expérimentée par Jean-Martin Charcot à l’hôpital de la Salpêtrière à travers des séquences gestuelles collectives, des fragments répétitifs, des unions et désunions faisant apparaître soudainement la subjectivité pathologique, des mouvements de sororité… Rémy Berthier (illusionniste formé à l’hypnothérapie) et Céline Frigau-Manning (Paris 8) ont mené le dialogue sur cette forme.

La journée s’est terminée sur un bruissement : celui d’un texte murmuré depuis la salle à voix nue, dans le silence, par les membres de l’équipe Hypnoscènes. Ce texte de Georges Jamati, extrait de Théâtre et vie intérieure (1952), restitue les micro-sensations vécues à l’intérieur d’un spectateur qui sort du théâtre et se décolle invisiblement, par flux et reflux, de ce qu’il vient de voir et vivre, à l’image des fluctuations du processus hypnotique. Et le projet s’est terminé ainsi, sur ce décollement invisible de tout ce qui a pu être dit ou fait ; sur cette dispersion heureuse et calme de tous ses acteurs emportant avec eux outils théoriques, souvenirs d’expérimentations et images scéniques.

1      2      3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search