Êtes-vous attentifs ? Vraiment attentifs ? Rencontre avec Raphaël Navarro à l’ENSATT.

Compte-rendu rédigé par Pauline Picot

Hypnose ? Le terme n’appartient pas directement au vocabulaire de Raphaël Navarro. Et pourtant elle est, en de nombreux endroits, au contact implicite de son geste créateur. Porteur, au sein de la compagnie 14:20, du mouvement « magie nouvelle », Raphaël Navarro travaille depuis quinze ans à intégrer la magie à une démarche artistique. S’intéressant à la magie au sens large d’un rituel qui instaure un « consensus entre celui qui fait et celui qui voit », Raphaël Navarro observe donc de près les rapports qu’entretient le rituel magique avec les rituels politique, religieux ou médical – et pourquoi pas l’hypnose, qui suppose également son rituel propre. Ce qu’il y a de commun à toutes ces formes, c’est qu’un accord préalable doit être établi entre officiants et spectateurs pour que le rituel ait lieu : on doit « être d’accord sur ce que l’on regarde ».

Ce consensus, tacite au point qu’il en vientà se faire oublier, pose une autre question qui se trouve au fondement de la démarche de Raphaël Navarro : « comment peut-on se retrouver au cœur d’une croyance sans même se rendre compte qu’il s’agit d’une croyance ? » Il évoque à cet égard le travail de Philippe Descola, qui théorise la porosité entre « le cru et le su », zone-tampon entre le réel et le surnaturel où le sujet peine à identifier ce qu’il voit comme appartenant à un régime défini d’existence. Qu’est-ce qui est magie ? Qu’est-ce qui est hypnose ? Est-ce que ce que je vois est réel ? En Inde, une majorité du public des spectacles de rue qui montrent une personne en lévitation considère par exemple que ce qu’il voit relève de l’hallucination hypnotique…

Le phénomène de croyance se trouve ainsi au cœur du travail de Raphaël Navarro, et plus particulièrement cette zone franche ambiguë entre doute et adhésion. Car la réalité d’un phénomène est finalement toute relative, dépendant d’un postulat qui dépend lui-même d’une empreinte culturelle. Rien n’est, de fait, véritablement sûr. Nos certitudes les plus fermes reposent sur des origines douteuses, des adhésions aveugles : « nous croyons à certaines choses parce que des scientifiques nous l’ont dit, mais nous n’avons aucune prise dessus. Nous savons seulement que nous croyons aux vitamines, mais pas aux fantômes ». Il suffit de remettre en cause le plus simple de ces postulats rationnels pour se retrouver dans cette zone étrange où l’on se prendrait à croire.

Intrigué et séduit par l’intérêt avec lequel certains hommes de Science du XIXème siècle ont justement pu, influencés par un certain climat culturel, apporter crédit à des phénomènes qui seraient aujourd’hui jugés frauduleux, Raphaël Navarro prépare une prochaine création autour des carnets de Pierre Janet (1859-1947) – collègue de Jean-Martin Charcot et fondateur de la Société Française de Psychologie – qui s’est penché sur le cas Madeleine Lebouc, diagnostiquée à l’époque comme « extatique lévitante ».  Il s’intéresse par ailleurs à l’affaire dite des Fées de Cottingley, « mystérieux » phénomène d’apparitions photographiques étudié très sérieusement par Arthur Conan Doyle dans The Coming of the fairies (1921).

La magie, à l’image de l’hypnose ou des phénomènes incertains, suppose donc une attitude de disponibilité réceptive à ce que l’on ne comprend pas rationnellement. Le tout est, pour le praticien, d’identifier cette zone de croyance et de l’habiter pour illusionner son public. Il s’agit par exemple, pour Raphaël Navarro, de travailler sur la respiration du public, procédant à un travail technique très pointilleux à partir des variations d’attention du spectateur. La concentration limitée de celui-ci, se relâchant inévitablement, produit en effet un espace d’altération infime – la « parenthèse d’oubli » – que le magicien va venir occuper pour créer l’illusion.

Généreux et désireux d’illustrer ces concepts, Raphaël Navarro montre quelques tours dont il révèle le truc pour décortiquer la dramaturgie magique et son écriture particulière. Cette partie de la rencontre doit demeurer un secret entre le magicien et son auditoire.

Pour finir, Raphaël Navarro revient sur la spécificité de sa pratique, la magie nouvelle, qui contrairement aux magies spectaculaires actuelles telles que les shows grand public de Messmer excède le désir de contrôle. En ceci, elle se rapproche d’un certain mentalisme – tel que le pratique par exemple Thierry Collet –  dans ce qu’il peut avoir d’interrogateur à l’égard de la notion de libre-arbitre. La magie nouvelle sort elle aussi du schéma de fascination pour lui préférer le développement d’un imaginaire, et replace la narration magique traditionnelle, que l’on accepte comme étant dépourvue de dramaturgie (« personne ne demande à un magicien pourquoi il coupe une femme en deux »), au cœur d’un geste artistique.

« La magie relève d’un besoin central : que quelqu’un, parmi nous, représente l’invisible. Il faut se réapproprier cet endroit ; utiliser la magie non comme un divertissement gratuit, mais comme un langage. » Pour le magicien, il ne s’agit pas seulement de couper une femme en deux ; il s’agit d’employer un savoir-faire pour déplacer notre regard sur le réel.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Nina Roy dit :

    Hello touti !
    Un petit post pour vous faire ar d’un doute sur l’idée du Cru et du Su.

    “Le Cru et le Su” est un ouvrage de Jean Pouillon (anthropologue également), publié en 1993. J’ai cherché et je n’ai pas trouvé où Descola reprenait l’idée, aussi je ne suis pas totalement convaincue que ce soit lui qui la “théorise”.
    Peut-être l’a-t-il seulement maniée pour traiter d’autre chose ?

    https://www.amazon.fr/Cru-Jean-Pouillon/dp/2020182254

    Bonne continuation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.