Auteur : HypnoScènes

0

Un « théâtre de nuit » au Point du Jour

Compte-rendu rédigé par Pierre Causse C’est dans le hall du Théâtre du Point du Jour que s’est tenu le séminaire Hypnose du 9 mai 2018, en compagnie de Pierre Ziadé, metteur en scène, Michel Maurer, concepteur son et responsable du département son à l’ENSATT, ainsi qu’Alexandre de Dardel, scénographe et responsable du département scénographie à l’ENSATT. Tous trois ont encadré l’atelier son/scénographie réunissant des étudiants de 2ème année de l’ENSATT...

0

En sortant de « Jaguar »

« Invitée pour la première fois au Théâtre de la Bastille, Marlene Monteiro Freitas nous offre avec Jaguar un spectacle sans parole et hypnotique. » (Première phrase de la feuille de salle). On attribue à Jaguar l’adjectif « hypnotique », et des visages grimés en singes nous captent à travers des vapeurs de fumée dès que les portes s’ouvrent, nous mettent à l’épreuve d’une ronde continue, épuisante et qui s’épuise, dans une forme de défiance à l’égard de notre perception. On découvre un corps féminin et un corps masculin, badigeonnés d’huile brillante et dont les tee-shirt blancs et vierges se maculent progressivement de traces ocres (à mi-chemin entre des animaux se roulant dans la poussière et des champions de Roland-Garros éclaboussés par la terre battue), de peinture verte, d’éclats de sueur.

0

Un trois de pique sur une chaise

Rémy Berthier est magicien et mentaliste. Il a travaillé pendant plusieurs années au sein de la compagnie Le Phalène, et après son premier spectacle On ne bouge plus (2014), il crée Puzzling (2015), une revisite amusée des grands classiques de magie et de mentalisme. Il travaille également en étroite collaboration avec des compagnies de spectacle vivant, et a ouvert en 2017 son cabinet d’hypnose ericksonienne. Homme-orchestre, généreux de sa personne, il débrouille avec nous les divers fils de ces pratiques qui questionnent notre réalité subjective et les techniques qui existent pour la transformer. Extraits.

1

Sortir, c’est toujours entrer

Dedans ? Pas dedans ? Trop dedans ? Et quand on sort, qu’est-ce qui se passe ? Et est-ce qu’on peut être dans la salle mais… ne pas rentrer dans le spectacle ? Comment peut-on en sortir ?

L’année dernière, lors de la journée d’ouverture du projet Hypnose, nous avons beaucoup parlé de l’entrée dans l’état hypnotique – ce que l’on nomme plus spécifiquement l’induction – et de sa proximité avec le processus d’entrée « en spectacle », c’est à dire d’installation du spectateur dans un dispositif qui lui est proposé. De la fin du XIXe au XXe siècle, nous avions parcouru différents univers esthétiques : depuis Antoine, Artaud, Castellucci ou Régy, à Catherine Heargraves, Joris Mathieu et Bruno Meyssat. Les dispositifs mis en place par ces artistes nous révélaient leur capacité à entraîner le spectateur dans un état second, proche de l’hypnose ou de la rêverie.

0

Journée d’études 27 janvier 2018 : « Sortie(s) de spectateur(s) »

Nous vous invitons à venir assister à la seconde journée d’études du projet « Hypnose » : « Sortie(s) de spectateur(s) » Le samedi 27 janvier 2018 de 9h30 à 17h30 à l’ENSATT – Labo 113 (entrée libre) Journée organisée par Pierre Causse, Pauline Picot, Adeline Thulard et Manon Worms (Université Lyon 2) Avec le soutien de l’ENSATT, l’Université Lyon 2, l’Ecole doctorale 3LA, le Laboratoire Passages XX-XXI et l’IHRIM   En janvier 2017,...

0

Sur le seuil – Cabinet de curiosités hypnotique

C’est intrigués que nous entrons dans un petit salon un peu vieillot mais visiblement confortable, après avoir parcouru un couloir où se multiplient les affiches des plus grands hypnotiseurs de spectacle du XIXe siècle. On nous invite à nous asseoir, un petit panneau explicatif – nous en trouverons d’autres à chaque installation –  indique qu’il s’agit là d’une tradition russe : avant de partir en voyage, une fois que les valises sont prêtes, il est bon de s’asseoir quelques minutes pour penser à ce qui va venir. Ce seuil qui nous est proposé, entre le dehors et les petits espaces du dedans qui divisent la pièce, peut être tout aussi agréable à traverser à la fin du parcours, pour reposer nos sens quelque peu bouleversés.

0

Au théâtre les yeux fermés

Après avoir présenté le concert sous casque Danbé lors de la précédente édition du festival Micro mondes au TNG (2015), la Compagnie (Mic)zzaj de Pierre Badaroux revient pour présenter Je suis la bête, d’après le roman d’Anne Sibran. Suivant la ligne de programmation du festival, centrée sur les dispositifs immersifs, ce spectacle utilise l’ambisonie, pour nous plonger dans un univers dans lequel l’ouïe devient le premier des sens.

0

Autour d' »ILLUSIONS »

Peut-on identifier une mécanique hypnotique au cœur même d’un texte dramatique ? Des procédés voisins de ceux utilisés par l’hypnose peuvent-ils influencer le travail des acteurs ou la disposition d’une scénographie, sans qu’à aucun moment ils ne soient nommés en tant que tels ? Des effets hypnotisants peuvent-ils se dégager d’un spectacle et envahir certains de ses spectateurs sans qu’il ne s’agisse là d’une intention claire dans la démarche de création?

0

Le peu qu’il y a à faire : Tim Crouch ou le théâtre comme art d’inviter à l’autosuggestion

Tim Crouch ne sait pas, dit-il, comment l’ouvrage La Maîtrise de soi-même par l’autosuggestion consciente d’Émile Coué (1922) s’est retrouvé chez lui. Mais sans doute n’y a-t-il pas de hasard, et c’est d’abord du psychologue français, auteur de la fameuse « méthode », que Tim Crouch va parler. Sa description de l’acte théâtral et de la relation qu’il instaure avec le spectateur est en effet largement informée par la pensée de Coué, son vocabulaire et sa vision du fonctionnement de l’esprit humain.

1

Une journée avec Catherine Contour

Difficile de parler du surgissement délicat et ténu de l’intime. De sa fabrication mutuelle dans l’écoute, dans le respect. Difficile de mettre des mots sur des gestes qui s’inventent, des sensations infimes. Pourtant, c’est bien à la fabrication d’une intimité collective que Catherine Contour a invité un petit groupe. C’étaient des doctorants, chercheurs, professeurs, hypnothérapeutes et auteurs dramatiques, mais ce jour-là c’étaient plutôt, simplement, des personnes conviées à former une bulle expérimentale.

1

Une plongée avec Catherine Contour

Catherine Contour est chorégraphe et découvre l’hypnose en 2000. Depuis, elle creuse les liens entre le processus hypnotique et le processus de création. En 2010, elle développe un projet au Centre National de la Danse sur la transmission et l’enseignement de la danse en utilisant les outils de l’hypnose. Elle prolonge ses recherches à la Gaîté Lyrique en 2013-2014 à travers des « Plongées » « pour découvrir les liens que la danse tisse avec l’hypnose ».

0

Séminaire Hypnose 2017-2018

Le projet de recherche-création Hypnose fait sa rentrée !

Nous sommes heureux de vous présenter le programme de la première partie du séminaire mensuel qui se tiendra à l’ENSATT :

25 octobre 2017, 18h-20h30 : Séance autour d’Illusions d’Ivan Viripaev, mise en scène d’Olivier Maurin (représentations au TNP du 12 au 22 octobre 2017) ; en présence d’Olivier Maurin, metteur en scène, et d’Aurélie Coulon, docteure en études théâtrales. (Salle 017)

0

À la recherche de la sensation hypnotique

La Maison de la Danse connaît déjà Eun-Me Ahn : la chorégraphe coréenne l’avait secouée avec ses Dancing Grandmothers (février 2016), où de vieilles femmes nous offraient – dans des séquences filmées en muet – des moments de danse impromptue sur leur lieu de vie ou de travail. Eun-Me Ahn avait mis en regard la douceur de cette vieillesse à l’écran et l’ultra-explosivité de ses jeunes danseurs au plateau, pour finir par les réconcilier en invitant ses « grand-mères dansantes » sur scène pour inventer un langage corporel commun qui transcende les âges.

0

Séance 5 – Expérimentation : « Théâtre dans le noir »

Ce mardi 13 juin, l’air lyonnais est chargé d’une humidité intense, la fin de journée est lourde, l’orage éclate peu avant 18h. Un petit groupe d’expérimentateurs se dirige vers la salle du Cargo, de l’autre côté de la passerelle, guidés par des écriteaux « Hypnose – Théâtre dans le noir ». Sans être encore sortis des aventures de la journée, à quelques jours du solstice d’été où nous recevons une quantité maximale de lumière naturelle, on se demande quelle forme va prendre cette séance d’expérimentation dans le noir, dans quelles zones de troubles notre recherche sur l’hypnose nous emmènera aujourd’hui.