Catégorie : Carnet de réflexions

1

Sortir, c’est toujours entrer

Dedans ? Pas dedans ? Trop dedans ? Et quand on sort, qu’est-ce qui se passe ? Et est-ce qu’on peut être dans la salle mais… ne pas rentrer dans le spectacle ? Comment peut-on en sortir ?

L’année dernière, lors de la journée d’ouverture du projet Hypnose, nous avons beaucoup parlé de l’entrée dans l’état hypnotique – ce que l’on nomme plus spécifiquement l’induction – et de sa proximité avec le processus d’entrée « en spectacle », c’est à dire d’installation du spectateur dans un dispositif qui lui est proposé. De la fin du XIXe au XXe siècle, nous avions parcouru différents univers esthétiques : depuis Antoine, Artaud, Castellucci ou Régy, à Catherine Heargraves, Joris Mathieu et Bruno Meyssat. Les dispositifs mis en place par ces artistes nous révélaient leur capacité à entraîner le spectateur dans un état second, proche de l’hypnose ou de la rêverie.

1

Le sommeil ou l’éveil ? – Quelques réflexions

Le terme d’hypnose, on le sait, vient du grec hypnos qui signifie le sommeil. Et c’est au travers du paradigme du sommeil que s’est pensée une grande partie de l’histoire de l’hypnose depuis le 19e siècle. On parlait alors de « sommeil hypnotique » et de « somnambulisme », notions corroborées par le fait que les patients ne se souvenaient pas toujours de ce qui s’était passé durant la transe.