Catégorie : Spectacles

0

En sortant de « Jaguar »

« Invitée pour la première fois au Théâtre de la Bastille, Marlene Monteiro Freitas nous offre avec Jaguar un spectacle sans parole et hypnotique. » (Première phrase de la feuille de salle). On attribue à Jaguar l’adjectif « hypnotique », et des visages grimés en singes nous captent à travers des vapeurs de fumée dès que les portes s’ouvrent, nous mettent à l’épreuve d’une ronde continue, épuisante et qui s’épuise, dans une forme de défiance à l’égard de notre perception. On découvre un corps féminin et un corps masculin, badigeonnés d’huile brillante et dont les tee-shirt blancs et vierges se maculent progressivement de traces ocres (à mi-chemin entre des animaux se roulant dans la poussière et des champions de Roland-Garros éclaboussés par la terre battue), de peinture verte, d’éclats de sueur.

0

Au théâtre les yeux fermés

Après avoir présenté le concert sous casque Danbé lors de la précédente édition du festival Micro mondes au TNG (2015), la Compagnie (Mic)zzaj de Pierre Badaroux revient pour présenter Je suis la bête, d’après le roman d’Anne Sibran. Suivant la ligne de programmation du festival, centrée sur les dispositifs immersifs, ce spectacle utilise l’ambisonie, pour nous plonger dans un univers dans lequel l’ouïe devient le premier des sens.

0

À la recherche de la sensation hypnotique

La Maison de la Danse connaît déjà Eun-Me Ahn : la chorégraphe coréenne l’avait secouée avec ses Dancing Grandmothers (février 2016), où de vieilles femmes nous offraient – dans des séquences filmées en muet – des moments de danse impromptue sur leur lieu de vie ou de travail. Eun-Me Ahn avait mis en regard la douceur de cette vieillesse à l’écran et l’ultra-explosivité de ses jeunes danseurs au plateau, pour finir par les réconcilier en invitant ses « grand-mères dansantes » sur scène pour inventer un langage corporel commun qui transcende les âges.

0

De ce spectacle qui s’achève / Gardez ce qu’on garde d’un rêve

À la recherche du paradigme immersif dans les expériences spectaculaires actuelles – et familiers du travail de Joris Mathieu – nous savons, en allant voir une de ses créations, que nous ne toucherons pas l’hypnose proprement dite, mais que nous l’effleurerons certainement. Ne serait-ce que grâce à la note d’intention préalable à l’expérience, qui évoque un « trouble de la perception du réel » apporté par un « récit immersif ».

0

Autour d’ « Un Chêne » de Tim Crouch

Représentation unique, performance au sens premier du terme. Le texte de Tim Crouch est clair : le deuxième acteur de la pièce arrive une heure avant la représentation. Il n’a ni vu ni lu la pièce avant : le metteur en scène lui donne quelques indications puis il sera guidé par le premier acteur (qui, lui, a répété) pendant toute la représentation.

0

Aller voir la mort et revenir vivant

« Il fait noir. Vous entendez une voix. Cette voix va compter jusqu’à trois, et à trois vous dormirez. Un – deux – trois. Vous allez vivre sept morts, sans peur et sans crainte. Et puis après vous reviendrez, sain et sauf de là d’où aucun voyageur ne revient. » Ce sont les premiers mots que l’on entend. On glisse doucement et aisément, par ce procédé imité de l’induction hypnotique, dans la proposition théâtrale qui nous est faite.