Catégorie : En sortant de « Jaguar »

0

En sortant de « Jaguar »

« Invitée pour la première fois au Théâtre de la Bastille, Marlene Monteiro Freitas nous offre avec Jaguar un spectacle sans parole et hypnotique. » (Première phrase de la feuille de salle). On attribue à Jaguar l’adjectif « hypnotique », et des visages grimés en singes nous captent à travers des vapeurs de fumée dès que les portes s’ouvrent, nous mettent à l’épreuve d’une ronde continue, épuisante et qui s’épuise, dans une forme de défiance à l’égard de notre perception. On découvre un corps féminin et un corps masculin, badigeonnés d’huile brillante et dont les tee-shirt blancs et vierges se maculent progressivement de traces ocres (à mi-chemin entre des animaux se roulant dans la poussière et des champions de Roland-Garros éclaboussés par la terre battue), de peinture verte, d’éclats de sueur.