Archive du mois : avril 2017

1

Expérimentation d’installations immersives à l’ENSATT

J’ai tenté de stimuler l’imaginaire du spectateur en utilisant différentes techniques d’hypnose. Pour cela, j’ai utilisé le principe de fixation du regard. Souhaitant mettre la lumière au cœur de mon expérimentation, j’ai donc travaillé avec les spécificités techniques de plusieurs sources : la bougie, la lampe à incandescence et la lampe à LED.

0

De ce spectacle qui s’achève / Gardez ce qu’on garde d’un rêve

À la recherche du paradigme immersif dans les expériences spectaculaires actuelles – et familiers du travail de Joris Mathieu – nous savons, en allant voir une de ses créations, que nous ne toucherons pas l’hypnose proprement dite, mais que nous l’effleurerons certainement. Ne serait-ce que grâce à la note d’intention préalable à l’expérience, qui évoque un « trouble de la perception du réel » apporté par un « récit immersif ».

0

Sous le regard de Mabuse – le lien inquiétant entre cinéma et hypnose

Ruggero Eugeni, professeur en sémiotique des médias à université catholique de Milan, a placé son intervention sous le signe d’une image inquiétante et fascinante à la fois. Des yeux écarquillés qui nous fixent, un visage blafard encadré de cheveux longs et d’une barbe hirsute, et surtout une main tenant un diamant dans lequel se réfléchit la lumière, et qui nous éblouit… On aura peut-être reconnu le portrait du dangereux Docteur Mabuse, auquel Fritz Lang a consacré quatre films, de 1922 à 1960.