Archive du mois : novembre 2017

0

Autour d' »ILLUSIONS »

Peut-on identifier une mécanique hypnotique au cœur même d’un texte dramatique ? Des procédés voisins de ceux utilisés par l’hypnose peuvent-ils influencer le travail des acteurs ou la disposition d’une scénographie, sans qu’à aucun moment ils ne soient nommés en tant que tels ? Des effets hypnotisants peuvent-ils se dégager d’un spectacle et envahir certains de ses spectateurs sans qu’il ne s’agisse là d’une intention claire dans la démarche de création?

0

Le peu qu’il y a à faire : Tim Crouch ou le théâtre comme art d’inviter à l’autosuggestion

Tim Crouch ne sait pas, dit-il, comment l’ouvrage La Maîtrise de soi-même par l’autosuggestion consciente d’Émile Coué (1922) s’est retrouvé chez lui. Mais sans doute n’y a-t-il pas de hasard, et c’est d’abord du psychologue français, auteur de la fameuse « méthode », que Tim Crouch va parler. Sa description de l’acte théâtral et de la relation qu’il instaure avec le spectateur est en effet largement informée par la pensée de Coué, son vocabulaire et sa vision du fonctionnement de l’esprit humain.

1

Une journée avec Catherine Contour

Difficile de parler du surgissement délicat et ténu de l’intime. De sa fabrication mutuelle dans l’écoute, dans le respect. Difficile de mettre des mots sur des gestes qui s’inventent, des sensations infimes. Pourtant, c’est bien à la fabrication d’une intimité collective que Catherine Contour a invité un petit groupe. C’étaient des doctorants, chercheurs, professeurs, hypnothérapeutes et auteurs dramatiques, mais ce jour-là c’étaient plutôt, simplement, des personnes conviées à former une bulle expérimentale.

1

Une plongée avec Catherine Contour

Catherine Contour est chorégraphe et découvre l’hypnose en 2000. Depuis, elle creuse les liens entre le processus hypnotique et le processus de création. En 2010, elle développe un projet au Centre National de la Danse sur la transmission et l’enseignement de la danse en utilisant les outils de l’hypnose. Elle prolonge ses recherches à la Gaîté Lyrique en 2013-2014 à travers des « Plongées » « pour découvrir les liens que la danse tisse avec l’hypnose ».