Archive du mois : mars 2018

0

En sortant de « Jaguar »

« Invitée pour la première fois au Théâtre de la Bastille, Marlene Monteiro Freitas nous offre avec Jaguar un spectacle sans parole et hypnotique. » (Première phrase de la feuille de salle). On attribue à Jaguar l’adjectif « hypnotique », et des visages grimés en singes nous captent à travers des vapeurs de fumée dès que les portes s’ouvrent, nous mettent à l’épreuve d’une ronde continue, épuisante et qui s’épuise, dans une forme de défiance à l’égard de notre perception. On découvre un corps féminin et un corps masculin, badigeonnés d’huile brillante et dont les tee-shirt blancs et vierges se maculent progressivement de traces ocres (à mi-chemin entre des animaux se roulant dans la poussière et des champions de Roland-Garros éclaboussés par la terre battue), de peinture verte, d’éclats de sueur.

0

Un trois de pique sur une chaise

Rémy Berthier est magicien et mentaliste. Il a travaillé pendant plusieurs années au sein de la compagnie Le Phalène, et après son premier spectacle On ne bouge plus (2014), il crée Puzzling (2015), une revisite amusée des grands classiques de magie et de mentalisme. Il travaille également en étroite collaboration avec des compagnies de spectacle vivant, et a ouvert en 2017 son cabinet d’hypnose ericksonienne. Homme-orchestre, généreux de sa personne, il débrouille avec nous les divers fils de ces pratiques qui questionnent notre réalité subjective et les techniques qui existent pour la transformer. Extraits.

1

Sortir, c’est toujours entrer

Dedans ? Pas dedans ? Trop dedans ? Et quand on sort, qu’est-ce qui se passe ? Et est-ce qu’on peut être dans la salle mais… ne pas rentrer dans le spectacle ? Comment peut-on en sortir ?

L’année dernière, lors de la journée d’ouverture du projet Hypnose, nous avons beaucoup parlé de l’entrée dans l’état hypnotique – ce que l’on nomme plus spécifiquement l’induction – et de sa proximité avec le processus d’entrée « en spectacle », c’est à dire d’installation du spectateur dans un dispositif qui lui est proposé. De la fin du XIXe au XXe siècle, nous avions parcouru différents univers esthétiques : depuis Antoine, Artaud, Castellucci ou Régy, à Catherine Heargraves, Joris Mathieu et Bruno Meyssat. Les dispositifs mis en place par ces artistes nous révélaient leur capacité à entraîner le spectateur dans un état second, proche de l’hypnose ou de la rêverie.